AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ils n'étaient pas frères et pourtant... Albanie 1943-1944.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claire*
Invité
avatar


MessageSujet: Ils n'étaient pas frères et pourtant... Albanie 1943-1944.   Mar 19 Sep 2006 - 23:13

Bonjour à Toutes et à Tous ainsi qu'aux Administrateurs du Forum.

Si je dois me présenter en tant que nouvelle venue parmi vous, soyez assez gentils de m'indiquer la procédure à suivre car ce n'est pas toujours évident…

Le livre dont je viens vous parler nous raconte l'histoire de deux enfants en Albanie occupée par les nazis, leur amitié et leur engagement, alors devenus des jeunes gens, à tout mettre en œuvre pour combattre l'occupant et à organiser l'accueil de familles juives ayant trouvé refuge en Albanie…

Albanie

Littérature, histoire et culture


HISTOIRE DE LA COMMUNAUTE JUIVE PROTEGEE EN ALBANIE SOUS L'OCCUPATION NAZIE

Recommandation de lecture:

Ils n'étaient pas frères et pourtant...
Albanie 1943-1944


de

Neshat TOZAJ

Editions: La Société des Ecrivains. (S.d.E)

Catégorie: roman à caractère historique

ISBN:2748016998
238 pages

PRESENTATION DE L'OUVRAGE:

UNE HISTOIRE MECONNUE

Dans son ouvrage « Ils n’étaient pas frères et pourtant… » Albanie 1943-1944 Neshat Tozaj décrit la communauté juive présente en Albanie depuis plusieurs siècles ainsi que les juifs d’autres pays accueillis au temps de la seconde guerre mondiale et qui furent épargnés car cachés et protégés. « Shalom » le titre original de l’ouvrage paru en Albanie a été modifié à l’usage des lecteurs français car l'auteur souhaitait toucher ces derniers dans leur diversité.
C’est avec une approche différente de ce qu’on a l’habitude de lire, d’entendre ou de voir dans la plupart des documentaires que l’auteur aborde cette période. La communauté juive n’y est pas seulement dépeinte en tant que communauté persécutée mais aussi en tant que communauté albanaise vivant parmi d’autres Albanais, unis dans le même combat mené contre le nazisme et le fascisme. Combat livré pour protéger la vie, la dignité humaine, les biens de chacun et la richesse culturelle.

L’engagement commun dans cette lutte et l’amitié poussée jusqu’au sacrifice ultime de la part d’Albanais non juifs afin d’épargner leurs frères ou leurs hôtes constituent sans doute dans l’histoire un exemple quasi unique et particulièrement original.

Ce roman inspiré de faits authentiques est l’occasion de rendre hommage à un petit peuple oublié de tous qui ne fit qu’accomplir son devoir en des temps de barbarie.

La publication de ce livre, outre le point d’histoire qu’il révèle, me semble essentielle et salutaire à bon nombre de français, à commencer par les plus jeunes, de toute origine, confession, ou autre appartenance philosophique. En effet, à notre époque où les problèmes de racisme, d’anti-sémitisme ou de communautarisme exacerbé sont à l’ordre du jour, cet ouvrage apporte un éclairage fort réconfortant. « Ils n’étaient pas frères et pourtant… » est aussi un message d’espoir et d’encouragement.

Le livre de Neshat Tozaj volontairement rédigé sous forme de roman, l’homme est en effet avant tout écrivain et journaliste, est donc l’occasion d’approcher la résistance albanaise et de prendre connaissance de l’accueil particulièrement bienveillant réservé par le peuple albanais à la communauté juive en cette période dramatique.

J’ajoute que pour approfondir l’approche de la période décrite dans le roman de N. Tozaj, j’ai eu accès au remarquable ouvrage du Professeur Apostol Kotani, historien et très jeune résistant à l’époque : « The Hebrews in Albania during the centuries ». Cet ouvrage retrace l’histoire des Albanais juifs implantés dans le pays depuis l’antiquité et surtout nous permet de découvrir qu’en Albanie la communauté juive fut épargnée pendant la seconde guerre mondiale. M. Kotani a rassemblé au cours de longues années de recherche de nombreux témoignages poignants de survivants albanais juifs de souche ou réfugiés qui tous expriment leur reconnaissance éternelle envers ce « petit » pays qui sut honorer sa tradition du « Besa » : le partage du pain, du sel et du cœur avec quiconque se trouve dans la détresse, étranger, hôte ou semblable en terre albanaise.

C’est spontanément que des survivants (qui pour beaucoup ont émigré après guerre en Israël ou aux Etats Unis) collaborèrent à l’ouvrage et tous y attestent qu’aucun juif n’a été déporté en Albanie sous occupation nazie et fasciste.
Le discours de Monsieur l’Ambassadeur d’Albanie en France, Monsieur Ferit Hoxha, lors de la cérémonie organisée à l’occasion de la parution du livre en France « Ils n’étaient pas frères et pourtant… » Albanie 1943-1944, n’a du reste pas manqué de souligner que son pays était le seul Etat d’Europe où la population juive avait augmenté à la fin de la deuxième guerre mondiale.
Messieurs Avner Shalev et Ismaïl Kadaré, entre autres personnalités, ont d'ailleurs déclaré en maintes occasions que le chiffre des personnes ayant trouvé refuge en Albanie par rapport à la population juive initiale du pays devait sans aucun doute être multiplié par dix. A souligner, toujours selon les déclarations de M. Avner Shalev, qu'au moins 2000 Yougoslaves juifs furent accueillis et cachés en Albanie sans parler de la communauté grecque et autrichienne... Tel fut le cas par exemple du Professeur Albert Einstein dont la première épouse était yougoslave.

Je précise que ces informations concernent l’Albanie définie dans ses frontières et non les territoires annexés sous occupation mussolinienne et nazie ayant formé "la Grande Albanie". Précisions d'importance car les rafles opérées à Pristina, Kosovo, malgré l'attitude exemplaire de sa population et des autorités locales, ont parfois été imputées à l'Albanie.

----------

A suivre en raison du nombre de caractères imparti...
Revenir en haut Aller en bas
Claire*
Invité
avatar


MessageSujet: Ils n'étaient pas frères et pourtant... Albanie 1943-1944.   Mar 19 Sep 2006 - 23:17

SUITE

A propos de l'ouvrage de Neshat Tozaj:

Ils n'étaient pas frères et pourtant... Albanie 1943-1944.

Extrait d'un article rédigé par Monsieur Pierre Stambul, Vice président de l'Union Juive Française pour la Paix.

Article adressé avec l'aimable autorisation de son auteur.

UNE HISTOIRE OUBLIEE

À travers un roman qui se déroule en Albanie pendant les années 30 puis la guerre et qui s’appuie sur des événements réels, Neshat Tozaj (*) nous rappelle un épisode historique largement inconnu, aussi bien en France, que parmi les Juifs du monde entier.

Même dans les pires périodes de la barbarie Nazi et du génocide, s’il y a eu des gens qui ont basculé dans le racisme le plus abject, la collaboration et le crime de masse, il y en a eu aussi que rien ne prédisposait à la moindre forme « d’héroïsme » et qui ont résisté, moralement et les armes à la main, à l’inhumanité.

L’attitude de la grande majorité du peuple albanais pendant l’occupation rappelle un peu celle des paysans protestants français du Chambon-sur-Lignon qui ont sauvé des centaines d’enfants juifs en les dissimulant parmi leurs propres enfants.
La communauté juive albanaise n’a jamais été très nombreuse. Si une présence juive ancienne en Albanie semble certaine, les Juifs albanais descendent probablement des Juifs accueillis par l’empire ottoman dès le XVe siècle et dispersés dans l’empire. Population urbaine et instruite dans une Albanie très rurale, ils n’ont jamais subi de persécution. Le livre décrit cette rencontre entre deux mondes très différents, la petite communauté juive et les communautés villageoises qui se sont structurées avec de grandes traditions d’hospitalité et d’entraide.
Quand la guerre éclate, en même temps que le parti communiste albanais va très vite organiser la résistance de tout un peuple et l’auto organisation des villages, cette résistance va organiser le sauvetage de la communauté juive. Mieux, les villages albanais vont accueillir et cacher des Juifs fuyant l’Europe de l’Est. Aucune déportation n’a eu lieu dans le pays. Le livre relate la véritable fraternisation qui s’est déroulée. Il faut savoir que les Albanais ont aussi accueilli des soldats italiens (qui les avaient pourtant envahis) après la capitulation de1943. [……]

L’Albanie des années tragiques montre que l’antisémitisme n’est pas inéluctable et qu’une véritable entente entre un peuple et une minorité qui vit chez lui est possible.

On a aussi souvent donné une image très négative de l’Albanie : dictature stalinienne, naufrage économique, mafia. Neshat Tozaj nous restitue un peuple humain, hospitalier, solidaire, généreux. Des structures villageoises d’entraide ont permis l’émergence d’une résistance nationale qui a contrôlé les montagnes de l’intérieur pendant toute la guerre.

Merci à l’auteur de nous avoir rappelé cette histoire édifiante.

Pierre Stambul

Vice-président de l’Union Juive Française pour la Paix, UJFP

(*) « Ils n’étaient pas frères et pourtant … Albanie 1943-1944 », Neshat Tozaj, Editions S.d.E (La Société des Ecrivains)

----------

4ème de couverture de l'ouvrage:

Le hasard veut que se rencontrent deux enfants albanais, l’un juif l’autre pas. Sazan et Solomon se lient d’amitié et découvrent les richesses de l’un et de l’autre. Puis vient la guerre et l’occupation nazie, la famille de Solomon est immédiatement cachée et protégée. C’est ainsi que par ce récit inspiré de faits authentiques l’on apprend qu’aucun Albanais juif ou réfugié ne fut déporté pendant la seconde guerre mondiale dans ce pays. Certains protecteurs particulièrement humains et courageux sont même allés jusqu’à sacrifier leur vie pour sauver ce qu’ils avaient accueillis. Pour eux c’était une question d’honneur.
Ce livre passionnant et émouvant écrit dans un style limpide et poétique, malgré l’horreur des évènements, nous permet d’aborder une Albanie méconnue.

Neshat Tozaj est né à Vlora en Albanie le 1er janvier 1943. Ecrivain, journaliste, juriste et directeur de la société Albautor (protection des droits d’auteur), Neshat Tozaj est au premier rang de ceux qui défendent les droits de l’homme et met son talent au service de son pays et de son devenir.

-----------

Je précise que "Ils n'étaient pas frères et pourtant...Albanie 1943-1944" se réfère directement à plusieurs évènements authentiques que l'auteur a préféré nous présenter sous forme de roman avec bien entendu une part de fiction afin de s'adresser à un public qui ne soit pas uniquement composé d'historiens, d'universitaires ou de spécialistes des Balkans. L'homme en effet, avant tout écrivain, a toujours choisi ce mode d'écriture pour nous initier à l'histoire de son pays et en révéler des facettes inexplorées ou méconnues. Tel fut le cas du roman intitulé "Les couteaux", préface de M. Ismaïl Kadaré, qui lors de sa publication fit l'effet d'une bombe et nous en apprit bien davantage sur les exactions commises par le Sigurimi que bien d'autres modes d'expression. "Les couteaux" paru chez Denoël en 1991 fut en son temps salué par l'ensemble de la communauté internationale et Neshat Tozaj est considéré par bon nombre d'observateurs, y compris par La Maison Blanche, comme l'un des principaux acteurs à l'origine de l'amorce de démocratie en Albanie.

Le sujet évoqué par Neshat Tozaj fit l'objet de plusieurs études en Italie, aux États Unis et outre-Manche notamment de la part des Professeurs Michele Sarfatti, Giovanni Armillotta, Lino Sciarra, Bernd Fisher et de Messieurs Stephen Schwartz, Jack Goldfarb, Harvey Sarner sans parler de Madame Antonia Young en Grande Bretagne. Cette page d'histoire fut également abordée en France par Messieurs Claude Wainstain et Meïr Waintrater mais à ce jour aucune étude approfondie n'y fut réellement consacrée sans doute en raison du manque d'information à disposition.

Un dossier consacré au sujet mériterait d'ailleurs d'être publié à l'initiative d'historiens, de spécialistes du sauvetage des juifs en Europe occupée sous les nazis, d'associations d'Anciens Résistants, de théologiens, de journalistes spécialisés… Dossier auquel collaboreraient sans doute volontiers, à condition naturellement d'y être invités, Monsieur Alfred Moisiu, Président de la République d'Albanie très au fait du sujet dont les grands parents, ai-je lu à plusieurs reprises, information à vérifier, étaient albanais juifs, Monsieur Ferit Hoxha, Ambassadeur d'Albanie en France, M. Shaban Sinani, Directeur des Archives Nationales, M. Refik Veseli, Président de l'Albanian-IsraeI Friendship Society, l'écrivain M. Ismaïl Kadaré, Son Excellence M. Mark Sofer, le Dr. Mordecai Paldiel, M. le Président Avner Shalev, le Dr. Anna Kohen, autres historiens, universitaires et théologiens sans oublier le remarquable Professeur Kotani. Professeur aujourd'hui très âgé qui essaie avec moult difficultés financières de faire paraître une deuxième édition de son ouvrage "The Hebrews in Albania during the centuries".

C’est naturellement à titre bénévole et amical que j’entreprends cette «campagne d’information». Si le sujet de cet ouvrage me tient tant à cœur c’est que je suis issue d’une famille d’enseignants composée de catholiques, de protestants, de juifs ou "d’athées totaux" aux nationalités également fort variées qui tous s’attachent depuis toujours à respecter les différences et à rassembler. L’ouvrage nous apprend et nous démontre en effet que cela fut possible en terre isolée, multiculturelle et multiconfessionnelle.

Pour tout vous dire mon souhait le plus cher serait de voir quelques spécialistes français accepter de se pencher et de se prononcer sur cette Histoire et éventuellement à propos de l'ouvrage. Ouvrage qui permet aux lecteurs de découvrir une page d'histoire demeurée inconnue de la plupart des occidentaux jusqu'à la chute d'Enver Hoxha et qui incontestablement contribue à faire reculer bien des préjugés.

Bien au delà du livre, vous l'aurez compris, Mesdames, Messieurs, mon unique propos est uniquement de faire connaître un chapitre de "notre" histoire qui n'a pratiquement jamais été étudié en France.

Dans l'espoir de vous voir accorder quelque intérêt à l'ouvrage de Neshat Tozaj et avant tout à la page d'histoire qu'il nous révèle, je vous prie, Mesdames, Messieurs, de croire à toute ma considération.

Claire.

Exemples de témoignages de personnes ayant trouvé refuge en Albanie sous l'occupation nazie. Témoignages adressés dans leur langue d'origine afin de ne pas altérer leur authenticité.

"Farewell, Albania, I thought. You have given me so much hospitality, refuge, friends, and adventure. Farewell, Albania. One day I will tell the world how brave, fearless, strong, and faithful your sons are; how death and the devil can't frighten them. If necessary, I'll tell how they protected a refugee and wouldn't allow her to be harmed even if it meant losing their lives. The gates of your small country remained open, Albania. Your authorities closed their eyes, when necessary, to give poor, persecuted people another chance to survive the most horrible of all wars. Albania, we survived the siege because of your humanity. We thank you."

Irene Grunbaum.


---

..."There is a small country in the heartland of Europe called Albania where I was fortunately born, where hospitality to foreigners is part of their tradition. During the Second World War, not only did the Albanians save all the Jews who were living among them but they dared to share their homes, their food and their lives with them. Albania has its share of Oscar Shindlers, and, indeed, so many that we could never have thanked each glorious one of them.

Let us be reminded that not one - not one - of the Jews living in Albania, or those who sought refuge there were turned over to the fascists - all found a safe haven at great danger to their protectors."...


Dr. Anna Kohen.

---

"All Israelis that came from Albania were saved thanks to the generous sentiments of the Albanian people that considered it as a moral duty to protect in their own houses every persecuted emigrant… The marvelous and noble attitude of the Albanian people needs to be known because they deserve the world’s and every cultured man’s thankfulness… Even the poor peasants, not only received Jews in their homes, but also shared with them their last piece of bread.’ Another Jew, Nisim Bahar that got saved from the hands of the Nazis that wanted to execute him in Fier, wrote to his sister in law, Zhulia Kantozi: ‘I am in Ohrid I have climbed a hill on the lakeside and I see Pogradec. How I missed that country! If I could have wings to fly, I would come to kiss that holy Albanian land that saved my life."

Samuel Mandili (1945)


---

..."Albania was one of the only European countries that did not turn over a single Jew to the Germans. There simply were no deportations from Albania.
My parents and I, along with many other German and Austrian families, found refuge in Albania and were hidden by Albanians during the German occupation of that country. In 1941, when Germany occupied Yugoslavia, hundreds of Yugoslavian Jews were able to escape to the safety of Albania because the Albanian government opened the border at Kosovo and let as many Jews into the country as were able to escape from the pursuing German army. It is a documented fact that the German general in Belgrade knew the names of all those who had escaped across the border and demanded their return within 48 hours. The Albanian government, instead of turning over even a single Jew, dispersed them in villages and on farms, gave them Albanian names and documents and then reported back to the German general in Belgrade: “We know no Jews. We know only Albanians.”
... Albanians, whether Muslim or Christian, are the most hospitable, generous and kind human beings. It should be emphasized that this was not just an act of their customary, known hospitality, this was an act of personal courage. They simply placed their belief in the necessity to help those in need above their and their family’s safety.


Johanna J. Neumann, Silver Spring, MD

-----

Je vous prie de bien vouloir excuser la longueur du texte adressé mais le sujet abordé par l'auteur requiert quelques précisions nécessaires afin de situer le contexte historique du roman. Je tiens d'ailleurs à la disposition de tous ceux qui le souhaiteraient un grand nombre de documents historiques et de témoignages relatifs à la page d'histoire évoquée par l'auteur. Documents parfois utiles afin d'éviter toute confusion entre Albanie et territoires annexés à cette dernière sous occupation mussolinienne et nazie.

Considération renouvelée.

---
Revenir en haut Aller en bas
Linda
Big Admin absolue
Big Admin absolue
avatar

Nombre de messages : 1988
Age : 37
Localisation : Champigny sur Marne
Date d'inscription : 31/10/2004

MessageSujet: Re: Ils n'étaient pas frères et pourtant... Albanie 1943-1944.   Mer 20 Sep 2006 - 12:53

Citation :
Si je dois me présenter en tant que nouvelle venue parmi vous, soyez assez gentils de m'indiquer la procédure à suivre car ce n'est pas toujours évident…

Bonjour!

J'ai trouvé ton article très intéressant. Ce fut une découverte pour moi et je t'en remercie, et hop! Un livre de plus sur ma liste!

Pour ce qui est de te présenter, personne ne t'y oblige, même si nous sommes une bande de petits curieux o21
Mais pour cela il faut que tu sois membre du forum.

Si tu es la Claire qui s'est inscrite dernièrement, il te suffit de cliquer sur le bouton "connexion" en haut sous la bannière, et de noter ton pseudo et ton mot de passe utilisés lors de ton inscription.
Tu trouveras ensuite plus bas sur le forum une rubrique "membres", avec plusieurs sous-forums dont un nommé "présentation" Wink

Si tu n'es pas membre du forum, je t'invite à lire ce post :
http://livrebd.forumactif.com/viewtopic.forum?p=21557#21557

@ bientôt! o13

_________________
[...]
Revenir en haut Aller en bas
Ojascoj
desperate housewife
desperate housewife
avatar

Nombre de messages : 2271
Age : 43
Localisation : dans la petite enfance
Date d'inscription : 07/10/2005

MessageSujet: Re: Ils n'étaient pas frères et pourtant... Albanie 1943-1944.   Mer 20 Sep 2006 - 17:42

Moi aussi, j'ignorais totalement ces faits. Tout comme l'existence de ce livre et même jusqu'au nom de son auteur.
Ta présentation très détaillée donne envie d'en savoir plus et comme Linda, je vais de ce pas mettre ce livre sur ma liste d'ouvrages à lire et à acheter et aussi à conseiller car je vois déjà quelques personnes dans mon entourage qui le liront avec intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Claire
Nouveau membre
Nouveau membre


Nombre de messages : 3
Localisation : PARIS. FRANCE.
Date d'inscription : 19/09/2006

MessageSujet: Re HISTOIRE DE LA COMMUNAUTE JUIVE PROTEGEE EN ALBANIE...   Sam 23 Sep 2006 - 20:39

Chers Toutes et chers Tous,

Un grand merci à vous pour tous vos messages de bienvenue.

Chère Ojascoj,

(En réponse à ta si judicieuse intervention dans la rubrique "présentation")

Comme tu as bien formulé les raisons qui freinent la diffusion d'une donnée historique pourtant dite objective, irréfutable et du reste irréfutée par les rares historiens et spécialistes s'étant penchés sur le sujet.

Ayant contacté bon nombre de nos intellectuels juifs et non juifs, engagés pour la plupart dans de nobles combats, je me suis heurtée à ma grande stupéfaction à un mutisme quasi général comme si cet état de fait dérangeait… J'ai ensuite compris à la lecture de certaines réponses reçues, aux opinions clairement exprimées, qu'il était préférable de passer sous silence le sauvetage de la communauté juive en Albanie car évoquer cette donnée historique, toutefois considérée comme réconfortante, renverrait inévitablement l'opinion publique au problème du Kosovo, de son indépendance éventuelle et donc par voie de conséquence au problème de la Palestine !!!?? Interloquée par l'argument avancé qui à mon sens n'a vraiment aucun rapport avec le fait d'avoir sauvé des juifs en danger de mort, j'ai fini par comprendre, malgré ma relative naïveté, qu'en fait il n'était pas culturellement et confessionnellement correct d'apprendre aux occidentaux que nous sommes que des Albanais aient pu caché des juifs pendant l'occupation. Passerait encore que ces Albanais aient été uniquement chrétiens, orthodoxes ou catholiques, mais musulmans, là réside sans doute le problème…

Une étude des confessions représentées en Albanie mériterait d'ailleurs une mise à jour. En effet selon les sources des autorités religieuses du pays, seulement 10% de la population se déclarent ouvertement appartenir à telle ou telle confession. Répartition qui se définirait de nos jours de la façon suivante: 50 % de musulmans, 30% d'orthodoxes et 20% de catholiques. A noter également de nombreuses et récentes conversions au protestantisme, églises évangélistes américaines largement présentes en Albanie, qui gagnerait du terrain parmi les 90% d'Albanais qui jusqu'à présent ne revendiquaient aucune appartenance religieuse. Ces différentes appartenances demeurent quoi qu'il en soit toujours secondaires aux yeux de la majorité des Albanais dont la première des religions est d'être avant toute chose albanais. Egalement coutumiers des mariages mixtes les Albanais ont d'ailleurs toujours fait preuve d'une réelle tolérance religieuse. Il n'est pas rare par exemple de voir actuellement au sein d'une même famille plusieurs confessions représentées sans que cela pose de problème. Cette autre caractéristique de la culture albanaise n'est sans doute pas non plus étrangère à l'accueil réservé aux juifs à diverses époques de leur histoire.

Quant aux différents relais médiatiques et télévisuels susceptibles de se pencher sur cette page d'histoire sous forme de débats, reportages, documentaires, entretiens etc. inutile de dire que j'en ai déjà sollicité un grand nombre leur fournissant d'ailleurs les noms et les coordonnées des personnalités, spécialistes de la question, à contacter. Autorités internationalement reconnues et respectées.

Modeste suggestion effectuée par mes soins:

Un dossier consacré au sujet mériterait d'ailleurs d'être publié, particulièrement en France, à l'initiative d'historiens, de spécialistes du sauvetage des juifs en Europe occupée sous les nazis, d'associations d'Anciens Résistants et pourquoi pas à l'initiative des spécialistes de …… Dossier auquel collaboreraient sans doute volontiers, à condition naturellement d'y être invités, Monsieur Alfred Moisiu, Président de la République d'Albanie très au fait du sujet dont les grands parents, ai-je lu à plusieurs reprises, information à vérifier, étaient albanais juifs, Monsieur Ferit Hoxha, Ambassadeur d'Albanie en France, l'écrivain M. Ismaïl Kadaré, M. Shaban Sinani, Directeur des Archives Nationales, M. Refif Veseli, Président de l'Albanian-IsraeI Friendship Society, Son Excellence M. Mark Sofer, le Dr. Mordecai Paldiel, M. le Président Avner Shalev, le Dr. Anna Kohen, le Professeur Artan Fuga, autres historiens, universitaires et théologiens sans oublier le remarquable Professeur Kotani. Professeur aujourd'hui très âgé qui essaie avec moult difficultés financières de faire paraître une deuxième édition de son ouvrage "The Hebrews in Albania during the centuries".

J'ai d'autre part contacté de nombreux historiens spécialistes de la Résistance en Europe ainsi que certains de leurs confrères universitaires ou professeurs d'Histoire et Géographie du secondaire.
Au mieux des encouragements dans mes démarches me furent prodigués et au pire silence total sans même avoir daigné me confirmer la réception de centaines de documents historiques adressés. Documents néanmoins conservés par ces derniers…(?)

Pour être sincère, toutes les réponses reçues de personnalités diverses prêtes à s'impliquer personnellement dans mon entreprise, émanent d'Italie, des Etats-Unis, de Suisse, de Grande Bretagne mais très rarement de France à l'exception de monsieur Pierre Stambul, Vice-président de l’Union Juive Française pour la Paix, UJFP, qui non seulement a lu l'ouvrage de Neshat mais aussi nous a adressés dans les jours qui suivirent la lecture du livre la contribution que j'ai jointe à mon premier message.

Exemple d'évènement passé totalement inaperçu en France mais qui aux Etats Unis et dans d'autres pays fit l'objet de nombreuses publications dans la presse:

-La résolution présentée au Sénat des Etats-Unis par Messieurs les Sénateurs Charles Schumer et John McCain le 27 juin 2006:

Résolution adressée dans sa langue d'origine que je me propose de traduire si l'anglais, quoi que fort accessible, vous occasionne des difficultés de compréhension.

SRES 521 IS

109th CONGRESS

2d Session

S. RES. 521

Commending the people of Albania on the 61st anniversary of the liberation of the Jews from the Nazi death camps, for protecting and saving the lives of all Jews who lived in Albania, or sought asylum there during the Holocaust.

IN THE SENATE OF THE UNITED STATES

June 27, 2006

Mr. SCHUMER (for himself and Mr. MCCAIN) submitted the following resolution; which was referred to the Committee on Foreign Relations.


RESOLUTION

Commending the people of Albania on the 61st anniversary of the liberation of the Jews from the Nazi death camps, for protecting and saving the lives of all Jews who lived in Albania, or sought asylum there during the Holocaust.

Whereas at the start of World War II, approximately 200 Jews lived in the Republic of Albania, and approximately 1800 Jews escaped to Albania from Western Europe and the former Yugoslavia;

Whereas in 1934, United States Ambassador to Albania Herman Bernstein wrote that, `There is no trace of any discrimination against Jews in Albania, because Albania happens to be one of the rare lands in Europe today where religious prejudice and hate do not exist, even though Albanians themselves are divided into three faiths.';

Whereas based on their unique history of religious tolerance, Albanians sheltered and protected Jews, even at the risk of Albanian lives, beginning with the invasion and occupation of Albania by Mussolini's Italian fascists in 1939;

Whereas after Germany occupied Albania in 1943 and the Gestapo ordered Jewish refugees in the Albanian capital of Tirana to register, Albanian leaders refused to provide a list of Jews living in Albania, and Albanian clerks issued false identity papers to protect all Jews who travelled to and hid in Tirana;

Whereas Albanians considered it a matter of national pride and tradition to help Jews during the Holocaust, and due to the actions of many individual Albanians, virtually the entire native and refugee Jewish community in Albania during World War II survived the Holocaust;

Whereas Albania had more Jewish residents after World War II than before World War II; Whereas in June 1990, Jewish-American Congressman Tom Lantos and former Albanian-American Congressman Joe DioGuardi were the first United States officials to enter Albania in 50 years and received from the Communist Party leader and Albanian President Ramiz Alia a thick file from the Communist archives containing the records of the unpublicized heroicdeeds of hundreds of Albanians who rescued Jews during World War II;

Whereas Joe DioGuardi, upon returning to the United States, sent the file for authentication to Yad Vashem, the Holocaust Martyrs' and Heroes' Remembrance Museum in Jerusalem, Israel;

Whereas Yad Vashem has thus far designated 63 Albanians as `Righteous Persons' and Albania as one of the `Righteous Among the Nations';

Whereas in February 1995, Congressmen Tom Lantos, Benjamin Gilman, and Jerrold Nadler and former Congressman Joe DioGuardi spoke at a ceremony at the United States Holocaust Memorial Museum in Washington, DC, commemorating the addition of Albania to the museum's `Righteous Among the Nations' installation;

Whereas based on the information authenticated by Yad Vashem, Jewish-American author and philanthropist Harvey Sarner published `Rescue in Albania' in 1997, to call international attention to the unique role of the Albanian people in saving Jews from the Nazi Holocaust;

Whereas in October 1997, the Albanian American Civic League and Foundation began the distribution of 10,000 copies of `Rescue in Albania' with forewords by Congressmen Lantos and Gilman to bring to the attention of the Jewish people and their leaders in particular the plight of Albanians living under Slobodan Milosevic in order to forestall another genocide;

Whereas on May 15, 2005, Jews and Albanians gathered in New York City in a `Salute to Albanian Tolerance, Resistance, and Hope: Remembering Besa and the Holocaust' on the occasion for the 60th anniversary of the liberation of the Nazi death camps; and

Whereas in a statement presented at the ceremony Dr. Mordechai Paldiel, Director of the Department for the Righteous at Yad Vashem, commemorated the heroism of Albanians as `the only ones among rescuers in other countries who not only went out of their way to save Jews, but vied and competed with each other for the privilege of being a rescuer, thanks to besa', the code of honor that requires Albanians to save the life of anyone seeking refuge, even if it means sacrificing his own life: Now, therefore, be it Resolved, That the Senate--

(1) commends the people of Albania for protecting and saving the lives of all Jews, both native and refugee, living in Albania during the Holocaust;

(2) commends Yad Vashem in Israel and encourages others to recognize Albanians who took action to protect Jews during the Holocaust for their great
courage and heroism; and

(3) takes this occasion to reaffirm its support for close ties between the United States and Albania.

-------

Au-delà des multiples déceptions et désillusions auxquelles j'ai été confrontée, je vous avoue que le simple fait de recevoir des témoignages de plus en plus nombreux, souvent bouleversants de la part des personnes qui ont lu le livre de Neshat, me réconfortent et me font un temps oublier l'indifférence générale qui malheureusement ne cesse d'augmenter, malgré les beaux discours, en notre époque troublée.

Encore merci pour votre attention, votre patience et vos précieuses réponses.

Très cordialement.

Claire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ils n'étaient pas frères et pourtant... Albanie 1943-1944.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ils n'étaient pas frères et pourtant... Albanie 1943-1944.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Temps X / Rayons X : les frères Bogdavov
» [Arnaud, Claude] Qu'as-tu fait de tes frères?
» Verne Jules - Les frères Kip
» Les trois frères en animation
» Et si les 7 nains étaient des racailles?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Des Lecteurs :: Forum Livre :: Littérature générale (classification par époques) :: Littérature contemporaine-
Sauter vers: