AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Bruit et La Fureur William Faulkner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mu
Sorcière des haies
Sorcière des haies
avatar

Nombre de messages : 3593
Age : 31
Localisation : Le pays où l'ADSL n'existera jamais
Date d'inscription : 19/11/2004

MessageSujet: Le Bruit et La Fureur William Faulkner   Dim 17 Juin 2007 - 19:36




Le titre du roman est une référence à la pièce de théâtre Macbeth, de William Shakespeare (acte 5, scène 5)

Le Bruit et la Fureur évoque ainsi un vaste drame familial, avec comme toile de fond les États-Unis au bord de la crise économique de 1929 (l'essentiel de l'action se déroule en avril 1928). Résumer clairement le livre est tout à fait possible, mais ce serait un crime . Car la narration est d'une telle complexité, avec un enchevêtrement infini de flash-backs, de digressions, d'errances, de flash-forwards et de pièges, qu'elle ne peut pas se maîtriser en quelques lignes. Faulkner va jusqu'à donner le même nom à deux de ses personnages (l'un masculin et l'autre féminin), comme pour nous perdre davantage.

Car le Bruit et la Fureur se veut un récit du désordre de l'esprit. Le bruit et la fureur des âmes tourmentées. En cela la première partie du roman est inégalable. Elle est rédigée en suivant le point de vue de Benjy, un simple d'esprit, au cœur de la tourmente des tragédies qui se déroulent au sein de la propriété familiale. Les événements s'enchaînent alors en dépit (apparent) de toute logique. Les idées de Benjy, ses souvenirs, ses sentiments, changent d'une ligne à l'autre et souvent sans la moindre transition. Les sensations lui rappellent une scène d'une autre époque et déjà nous sommes ailleurs. Les situations sont présentées avec des associations parfois étonnantes et souvent incompréhensibles lors d'une première lecture. Le Bruit et la Fureur débute ainsi dans un étrange chaos.

La seconde partie suit la journée et les pensées de l'un des frères de Benjy, Quentin, et ce 18 ans avant le premier quart du récit. Suicidaire, celui-ci erre en ressassant ses tourments. Là encore, les pensées d'un esprit dépressif, torturé, au bord de la mort, surgissent, disparaissent, nous perdent. Mais au fil de ces spirales infernales, un semblant d'histoire apparaît de plus en plus clairement. Faulkner se permettant des digressions toujours passionnantes, avec notamment l'épisode bouleversant de la petite fille perdue.

La troisième partie se déroule dans l'esprit de Jason, le frère jaloux et violent de Quentin, Benjy et Caddy (la jeune sœur, dont le destin est la clef de tout le roman). Désormais en charge de la famille, Jason nourrit une haine sans limite pour la fille de Caddy (elle aussi prénommée Quentin). Comme chaque chapitre, l'action ne dure qu'une journée, mais il se passe tant de choses au cœur de ces esprits troublés que Faulkner nous abreuve d'une somme affolante de détails et de sentiments. La narration devient de plus en plus "normale", s'autorisant encore par moments quelques écarts qui donnent toujours autant l'impression d'être en prise directe avec l'esprit des protagonistes.

Enfin, dans une quatrième partie, Faulkner adopte un style "classique". Celui du narrateur extérieur, de l'auteur omniscient. Et c'est seulement ici qu'interviennent les premières descriptions des lieux, des personnages, des situations que nous "connaissons" pourtant depuis les premières pages. Le bruit et la fureur des chapitres précédents tendent à s'apaiser. Avant de ressurgir dans les derniers instants du récit, lors d'un faux dénouement qui laisse le lecteur sans voix.

Ceci n'est pas de moi, je l'ai pris sur internet car ça fait super longtemps que je l'ai lu et la spécificité du livre m'échappe seule me reste la trame.
C'est un livre très complexe sur les sentiments haine/amour de cette famille quelque peu perturbée mais Faulkner n'a pas son pareil pour décrire ces sentiments.
C'est un livre difficile à lire, il faut réunir toutes les bonnes conditions (silence autour de soi, être sûr de ne pas être dérangé toutes les 5 mn, avoir du temps devant soi et être dans un bon état d'esprit, faut ne penser à rien d'autre qu'à la lecture)pour être sûr de bien suivre.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Bruit et La Fureur William Faulkner
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Des Lecteurs :: Forum Livre :: Littérature générale (classification par époques) :: 20ème-
Sauter vers: