AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Seule Venise de Claudie Gallay

Aller en bas 
AuteurMessage
Alinoé
Kukul L'Orangine des îles farouches
Kukul L'Orangine des îles farouches
Alinoé

Nombre de messages : 1075
Localisation : planète livre
Date d'inscription : 08/11/2004

Seule Venise de Claudie Gallay Empty
MessageSujet: Seule Venise de Claudie Gallay   Seule Venise de Claudie Gallay EmptyMer 29 Déc 2004 - 20:33

CLAUDIE GALLAY Seule Venise , éditions du Rouergue, La brune
Je viens de finir ce livre, c'est un réel enchantement.
Cela se passe à Venise fin décembre, jusqu'au début janvier, à notre époque. C'est La Venise Mythique des écrivains (Thomass Man, Casanova, Hugo Pratt...). Ce sont des histoires d'amour. Je ne savais pas qu'on pouvait encore raconter des histoires d'amour à notre époque. Que JFK se rassure, c'est concis, pudique. Un petit côté british. Une pension dans un ancien palais où se croisent une ballerine, un prince russe et la narratrice. Il y a l'amour des livres, la découverte de Venise, beaucoup de chocolats chauds, et des chats.

Edit Alinoé : Voici un extrait (p 215-217) :
"La neige met deux jours pour arriver. Tout le monde l'atttend. Moi avec eux, sur les pontons de bois en face de la Salute. Impossible d'aller ailleurs. De faire autre chose.
Je suis le long des quais quand les premiers flocons commencent à tomber. Un et puis un autre. Ils fondent très vite, ils s'accrochent, recouvrent le sol, les bâches bleues des gondoles, les toits de San Marco.
Ils recouvrent le dôme d'or tout en haut de la Salute.
Je marche.
Quand je me retourne, je vois mes traces.
J'ouvre la bouche, j'atttrape les flocons avec les dents. Les lèvres. Je les avale.
La neige tombe en flocons serrés. Sur les façades. Elle colle, efface toutes les autres couleurs, les noie en une seule.
Couleur imprécise.
Rose, blanc. Couleur de murs. Couleur pâle, à peine frémissante quand elle touche les eaux de la lagune.
La neige.
Dans le silence, les flocons se frottent. Leur bruit. Quand ils se touchent et puis quand ils touchent le sol.
Comme un murmure. Une messe basse qui recouvre toute la ville. Qui s'élève.
Sur la place, il n'y a plus de pigeons. Plus de touristes. Seuls les tables en terasse, le plastique jaune des fauteuils. Tout est recouvert.
Les grands chevaux de bronze.
Les lions. Le dôme. Où que je regarde.
La neige.
Des visages aux fenêtres du Quadri. Des silhouettes sur le pas des boutiques. A l'étage du musée.
Partout, des yeux redevenus des yeux d'enfants. Doigts écartés. Contre les vitres.
Je n'ai jamais voulu que l'on m'explique la neige. Jamais voulu écouter, comprendre.
La neige ne s'explique pas.
Je monte à la cime du Campanile.
Un homme près de moi dit, on ne reverra jamais ça. Jamais.
Il a raison.
Probablement."

Voilà, c'est mon cadeau pour vous.
J'ai lu ce passage lors de la première neige de la saison dans mon jardin. Qu'en pensez-vous ? C'est descriptif, mais c'est léger, poétique, simple.
Revenir en haut Aller en bas
 
Seule Venise de Claudie Gallay
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [J'ai Lu] "Les Déferlantes" de Claudie Gallay *
» [Gallay, Claudie] Mon amour ma vie
» Claudie Gallay
» Les déferlantes - Claudie Gallay
» Les Déferlantes de Claudie Gallay

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Des Lecteurs :: Forum Livre :: Littérature générale (classification par époques) :: Littérature contemporaine-
Sauter vers: