AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La grande Beune- Pierre Michon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Margot
Pimousse cassis
Pimousse cassis
avatar

Nombre de messages : 2309
Localisation : Con Quijote perdida en la Mancha
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: La grande Beune- Pierre Michon   Dim 15 Juin 2008 - 23:18

Résumé



Quand il arrive à Castelnau, un village au fin fond de la Dordogne, tout près de Lascaux, le narrateur a vingt ans. C’est son premier poste.
Derrière le rideau gris des pluies de septembre, entre deux dictées, le jeune instituteur s’abandonne aux rêves les plus violents – archaïques, secrets et troubles comme les flots que roule, en contrebas des maisons, la Grande Beune.
Dans ces contrées où se rejoue encore dans une forme ancienne l’origine du monde, le sexe sépare deux univers. Celui des hommes, prédateurs, frustes mais rusés – terriblement. Et puis celui des femmes, autour de deux figures que l’écrivain campe magistralement.
Hélène l’aubergiste, mère emblématique, et Yvonne, à la beauté royale, qui suscite chez le narrateur une convoitise brûlante et toutes les variations d’un émoi qu’il nous fait partager au rythme de sa phrase : emportée comme un galop de rennes dans une ère révolue, retournée en une scène grotesque où des enfants exhibent l’animal vaincu, mordante ou fuyante comme le loup des peintures rupestres.

L'auteur (prise sur ratdebibliohèque.com)

Pierre Michon est né le 28 mars 1945, aux Cards, dans la Creuse où ses parents étaient instituteurs. Lycéen à Guéret, il étudie ensuite les lettres à l'université de Clermont-Ferrand (maîtrise sur le théâtre d'Artaud). Son premier texte paraît lorsqu'il a 37 ans, après quelques années consacrées aux études littéraires et au théâtre.
Il reçoit, en 1984, le Prix France Culture pour Vies minuscules, le Prix de la Ville de Paris en 1996 pour l'ensemble de son oeuvre et le Prix Louis Guilloux en juin 1997 pour La Grande Beune. Le prix Décembre 2002 lui a été attribué pour ses ouvrages Abbés et Corps du roi.
Il vit actuellement à Nantes.

Déjà présenté sur le forum du même auteur ce livre : vies minuscules

Ce que j'en pense : Bon soyons clair Vies minuscules m'avait laissé une très mauvaise impression, j'avais trouvé ça trop dense et compliqué... et puis m'a traumatisé au bac ! Du coup j'ai retenté le coup avec La grande Beune qui est tout de même nettement plus court (87 pages). Finalement j'ai réussi à le finir mais... en 3 mois ! Au niveau de la langue j'ai trouvé ça plus abordable (même s'il reste beaucoup de références et de ponctuations ), certains passages laissent une impression poétique (presque magique). Le texte est largement autobiographique : la vie d'instituteur ainsi que la découverte du desir. L'analyse de certains "fonctionnement humains" sont assez intéressant !
Moralité : "Le Pierre Michon à petite dose ça vous va bien au teint." Variante : "Un pierre michon vaut mieux que deux Vies Minuscules."© Margot. L
Revenir en haut Aller en bas
Alinoé
Kukul L'Orangine des îles farouches
Kukul L'Orangine des îles farouches
avatar

Nombre de messages : 1075
Localisation : planète livre
Date d'inscription : 08/11/2004

MessageSujet: Re: La grande Beune- Pierre Michon   Dim 5 Oct 2008 - 23:15

La grande Beune de Pierre Michon
Cet écrivain manie la syntaxe avec une dextérité époustouflante, il nous entraîne dans des phrases qui font facilement une demi-page voire une page complète (dans l’Edition du Verdier). Son écriture nous plonge dans une extase et on plane dans une ambiance onirique d’où surgissent les archétypes de la mère et de la féminité, du chasseur, mâle bien évidemment et au milieu de tout cela, il y a le narrateur, un jeune instituteur prenant son poste à Castelanau, village proche des grottes de Lascaux. Près du village coule la grande Beune (et la petite aussi).

Dans ces longues phrases se succèdent les verbes et à la fin on n’est plus très sûr du sujet de chaque verbe. On pourrait reprocher à l’auteur de ne pas être très clair, mais je crois au contraire qu’il faut le remercier de donner autant de liberté au lecteur.

En effet, Pierre Michon nous fait cadeau d’une très belle langue, de phrases magnifiques, et c’est un vrai cadeau, car si c’est lui qui les a créées, nous avons la possibilité de les interprétées suivant notre humeur. En relisant ses phrases, nous voyons de nouvelles possibilités. Le lecteur doit s’emparer du texte, le faire sien et se laisser porter par les images changeantes que suscitent en lui les mots de Pierre Michon et la façon dont ils se succèdent.

Voici un extrait où l’instituteur décrit une femme qui l’exalte :

« Elle était grande et blanche, c’était du lait. C’était large et riche comme Là-Haut les houris, vaste mais étranglé, avec une taille serrée ; si les bêtes ont un regard qui ne dément pas leur corps, c’était une bête ; si les reines ont une façon à elles de porter sur la colonne d’un cou une tête pleine mais pure, clémente mais fatale, c’était la reine. Ce visage royal était nu comme un ventre : là-dedans les yeux très clairs qu’ont miraculeusement des brunes à peau blanche, cette blondeur secrète sous le poil corbeau, cette énigme que rien, si d’aventure vous possédez ces femmes, ni les robes soulevées, ni les cris, ne dénoue. »

On peut y noter que Pierre Michon sait bien manier la ponctuation et qu’il réhabilite avec talent le point-virgule.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, et je vous engage à l’essayer, l’effort initial est vite récompensé. Il y a des auteurs qui se méritent, c’est comme ça !

Je n'ai qu'une chose à dire, merci Margot pour m'avoir fait découvrir cet auteur, même si tu ne sembles pas aussi enthousiasme que moi à son sujet. Il faut que j'essaye Vies Minuscules, car il semble que j'ai commencé par le plus abordable.
Revenir en haut Aller en bas
Margot
Pimousse cassis
Pimousse cassis
avatar

Nombre de messages : 2309
Localisation : Con Quijote perdida en la Mancha
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: La grande Beune- Pierre Michon   Ven 10 Oct 2008 - 0:00

Contente que ça t'ai plu ! (si si je vous assure). C'est vrai que - dans La grande beune plus que Vies Minuscules - il y a vraiment des phrases très belles et bien construites (cela dit attention dans Vies Minuscules c'est le même style mais plus en longueur).
En fait, j'ai le même "problème" qu'avec Flaubert... c'est très intéressant quand on se penche dessus, mais assez laborieux. Les phrases sont très longues. Je n'arrive même pas à les lire à voix haute.
Pour l'instant, je pense honnêtement que je manque de culture générale pour saisir toutes les références et de recul (ça c'est à peu près sur) pour apprécier.
Mais je ne peux que t'encourager à lire un autre livre de lui. Qui sait je m'y replongerai peut-être à la lecture d'avis positif.
Revenir en haut Aller en bas
Alinoé
Kukul L'Orangine des îles farouches
Kukul L'Orangine des îles farouches
avatar

Nombre de messages : 1075
Localisation : planète livre
Date d'inscription : 08/11/2004

MessageSujet: Re: La grande Beune- Pierre Michon   Ven 10 Oct 2008 - 10:34

Je pense qu'au contraire, pour apprécier il ne faut pas chercher à tout comprendre, tu te retrouves alors comme dans un rêve avec des zones dans le brouillard et tu avances dans un état second et des images apparaissent dans ton cerveau, sans lien apparent les unes avec les autres.

Flaubert ne te laisse aucune liberté lui. Tu es super guidée dans les images sucitées par son texte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande Beune- Pierre Michon   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande Beune- Pierre Michon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bibliographie pour la philatélie , marcophilie
» [Michon, Pierre] Vies Minuscules
» [Jouve, Pierre Jean] Paulina 1880
» [J'ai LU] Au nom du sang versé de Pierre Simenon
» La grande muette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Des Lecteurs :: Forum Livre :: Littérature générale (classification par époques) :: 20ème-
Sauter vers: