AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nabokov: Lolita

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mu
Sorcière des haies
Sorcière des haies
avatar

Nombre de messages : 3593
Age : 31
Localisation : Le pays où l'ADSL n'existera jamais
Date d'inscription : 19/11/2004

MessageSujet: Lolita de Vladimir Nabokov   Sam 29 Oct 2005 - 19:25

C'est parce que je viens de revoir le film de Stanley Kubrick (1962), que je me suis dit que personne n'avait encore parlé de ce géniallissime livre : Lolita de Vladimir Nabokov.

Tout d'abord un lien, pour ceux et celles que ça interesserait, sur la vie de l'auteur.
http://archives.arte-tv.com/fr/archive_207231.html.

Et voici donc un résumé :

En prison, où il attend d’être jugé pour meurtre, Humbert Humbert, le héros de ce livre, écrit sa « confession ». De son adolescence européenne il a gardé une « passion funeste » n ée de l’échec d’un premier amour pour les nymphette - ainsi baptise-t-il les « jeunes vierges. entre les âges limites de neuf et quatorze ans, qui révèlent au voyageur ensorcelé leur nature véritable, qui est nymphique, c’est-à-dire démoniaque ».
Jusqu’à sa quarantième année, Humbert luttera contre cette obsession, « possède Eve mais rêvant de Lilith » ; quelques aventures, son mariage à paris avec une femme grandeur nature ne seront pour lui qu’un « dégorgeoir licite ».
En 1940, il émigre aux USA –et là, il rencontre Lolita, l’archétype de la nymphette, en qui il voit réincarné son premier amour de la Riviera. Afin de pouvoir rester auprés de l’enfant, il épouse la mère. Celle-ci meurt fort commodément, au moment même où elle perce à jour les motifs véritables de son mari. Devenu beau-père de Lolita, Humbert voit ses rêves exhaucés au delà de ses espoirs, puisque c’est Lolita elle-même qui le séduit.
Tous deux se lancent alors dans deux longues randonnées transcontinentales, qui font découvrir à Humbert une amérique étrange et ambiguë, dans laquelle Lolita s’inscrit comme une gamine sans intêret, éprise de magazines féminins, d’ice-cream et de héros hollywoodiens – mais plus que jamais nymphette.
Elle l’abandonne pour un autre homme, pastiche monstrueux de lui-même. Humbert pourchasse le couple pendant de longs mois. Il retrouve une Lolita mariée, enceinte et flétrie, mais en qui il reconnaît la seule créature qu’il n’ait jamais aimée.
Mais il est trop tard, et Humbert se met en quête de son premier rival pour se venger de lui, en une scène horrible qui tient à la fois de la farce et de la tragédie.

Lolita fut un best seller à sa sortie aux usa, en 1958 où l’on a dit qu’il est « le livre le plus drôle et le plus triste de l’année ». Avant même d’être publié, il a soulevé en France, en Angleterre et dans plusieurs autres pays, des contreverses passionnées.

Et voici aussi les toutes premières lignes du livres :
"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme. Lo-li-ta : le bout de ma langue fait trois petits bonds le long du palais pour venir, à trois, cogner contre les dents. Lo.Li.Ta.
Elle était Lo le matin, Lo tout court, un mêtre quarante-huit en chaussettes, debout sur un seul pied. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l'école. Elle était Dolorés sur le pointillé des formulaires. Mais dans mes bras c'était toujours Lolita...."
Revenir en haut Aller en bas
missparker
Stagiaire en bibliothèque
Stagiaire en bibliothèque
avatar

Nombre de messages : 64
Localisation : Tournai, Belgique
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Nabokov: Lolita   Mer 31 Mai 2006 - 17:05

"Lolita" est un des romans cultes de mon adolescence. Je le relis encore de temps en temps. L'histoire de cette fille/femme/maîtresse, manipulatrice/manipulée a touché une corde sensible au fond de moi.
J'ai été émue du sort d'Humbert Humbert, je l'ai aimé, haï. J'ai été émue du sort de Dolorès. Elle aussi je l'ai aimée et haïe.
Nabokov parvient à manipuler le lecteur et à le faire passer par différentes phases émotionnelles jusqu'à ce qu'il soit complètement perdu (en tout cas c'est ce que j'ai ressenti).

C'est un roman loin d'être facile d'accès. L'écriture est dense, intense, alambiquée mais les mots sont d'une réelle beauté...
L'histoire en elle-même est dure, cruelle et fait résonner en nous de sombres échos...
Revenir en haut Aller en bas
mu
Sorcière des haies
Sorcière des haies
avatar

Nombre de messages : 3593
Age : 31
Localisation : Le pays où l'ADSL n'existera jamais
Date d'inscription : 19/11/2004

MessageSujet: Re: Nabokov: Lolita   Sam 19 Aoû 2006 - 17:22

Citation :
J'ai été émue du sort d'Humbert Humbert, je l'ai aimé, haï.
Jamais, ô grand jamais, Humbert Humbert m'a émue. Je pense que je me suis laissée influencer en ayant vu le film avant. Le personnage (dans le film comme dans le livre mais talentueux James Mason !) est froid, disgracieux avec une certaine classe tout de même.
Par contre le personnage de Quilty (merveilleux Peter Sellers) m'a inspirée de nombreuses émotions, il m'a séduite et énervée tour à tour.

Je suis d'accord avec toi Missparker, c'est un livre dense et assez difficile à lire. Le vocabulaire est recherché et tout sonne avec grâce.
Revenir en haut Aller en bas
missparker
Stagiaire en bibliothèque
Stagiaire en bibliothèque
avatar

Nombre de messages : 64
Localisation : Tournai, Belgique
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Nabokov: Lolita   Dim 20 Aoû 2006 - 18:43

Moi je n'ai pas vu le film de Kubrick mais bien celui d'Adrian Lyne (après avoir lu le bouquin). Dans le film, Humbert Humbert est émouvant car il apparaît comme une victime. De plus, Jeremy Irons y est vraiment excellent. Quand je relis le livre, c'est lui que je vois, donc je suis émue...
Revenir en haut Aller en bas
mu
Sorcière des haies
Sorcière des haies
avatar

Nombre de messages : 3593
Age : 31
Localisation : Le pays où l'ADSL n'existera jamais
Date d'inscription : 19/11/2004

MessageSujet: Re: Nabokov: Lolita   Dim 20 Aoû 2006 - 19:17

Je n'ai pas vu l'adaptation d'Adrian Lyne. Je n'ai pas eu envie d'aller voir le film car ça me semblait trop coloré (je ne sais pas trop comment expliquer), trop surfait.
Par contre j'adore Jeremie Irons mais je ne l'imagine pas du tout dans le rôle de Humbert Humbert. Il a cette tendresse dans le visage qui pour moi ne correspond pas au personnage.
James Mason a cette froideur si bien décrite dans le livre. Et pour moi, ça ne sera que lui l'unique Humbert Humbert.

Je regarderai le film d'Adrian Lyne pour pouvoir comparer. Je ne peux que te conseiller vivement de voir l'adaptation de Kubrick, tu ne seras pas déçue par rapport au livre. Et le fait que ce soit en noir et blanc renforce le côté malsain et pesant de l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
méline
Stagiaire en bibliothèque
Stagiaire en bibliothèque
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 39
Localisation : briançon
Date d'inscription : 28/11/2008

MessageSujet: Nabokov: Lolita   Dim 30 Nov 2008 - 16:07

Vladimir Nabokov


Écrivain américain, né en Russie en 1899, mort en 1977, a été formé en Angleterre où il a étudié la littérature Française avant de passer 15 années en Allemagne.

Parmi ses nombreux romans, il en existe un:"Lolita", que j'ai lu en janvier dernier. C'est en gros le journal intime d'un pédophile prêt à tout et n'importe quoi pour arriver à ses fins avec une jeune petite fille de 12 ans. Je dois dire que c'est un roman très dur à lire, pas dans son écriture mais bien dans ses mots et ce qu'ils remuent en nous comme dégoût et incompréhension. A plusieurs reprises j'ai failli arrêter la lecture de ce livre, mais j'étais curieuse de savoir jusqu'où cet homme pouvait aller pour arriver à ses fins avec cette petite "nymphette" comme il l'appelle. Et il m'arrivait aussi de me demander si ce n'était pas une curiosité malsaine tellement l'atmosphère était glauque. Mais j'ai continué et je l'ai lu jusqu'à la fin, je ne dirais sûrement pas que c'était un mauvais roman car quand un livre vous prend aux tripes à un tel point c'est que l'exercice est réussit. Il m'a mise dans tous les états possible avec tous ses détails: le dégoût, la peur, l'étonnement et l'incompréhension, la pitié, l'horreur, l'impuissance... bref, j'ai été bouleversé.

Je ne regrette pas de l'avoir lu et je le conseille même si sa lecture est difficile et dérangeante, il faut avouer que c'est bien fait.

citation: il n'y a pas de libertin un peu ancré dans le vice qui ne sache combien le meurtre a d'emprise sur les sens


merci à vous d'avoir réagi positivement à mon sujet sur ce déroutant roman qu'est "Lolita".

Je n'ai volontairement pas fait de résumé de l'histoire pour attiser la curiosité des autres membres. Mais ton résumé mu est très bien fait et aura un impact plus fort pour inciter les membres qui ne l'on pas encore lu à le faire car c'est une lecture qui en vaut le détour.

Les films aussi sont bien réalisés, mais je préfère quand même le livre.


Dernière édition par méline le Dim 30 Nov 2008 - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amelly
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Nombre de messages : 396
Age : 28
Localisation : Dans le néant cosmique du Yagadougou
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Nabokov: Lolita   Mer 29 Aoû 2012 - 9:53

J'ai lu vos critiques, et ça rejoint ce que j'avais pu entendre ou lire au sujet de ce livre.

Mais moi, je ne dois pas tourner rond, parce qu'à la lecture j'ai carrément eu l'impression de lire un autre livre !

Globalement mes attentes ont été "déçues" : je m'attendais à une atmosphère plus lourde, des scènes de sexes plus explicites et violentes, bref un livre atroce sur l'inceste (qui était, d'après ce que j'avais lu, consenti). Dans l'ensemble, les relations incestueuses d'Humbert et Lolita sont à peine évoquées; disons qu'on ne s'attarde pas. La "pornographie" ne semble pas être le sujet du livre. Ce serait plutôt le personnage d'Humbert Humbert, son histoire, ses névroses, et son amour hors-normes (dans tous les sens du terme) pour cette ado qu'est Lolita. Et là je rejoins missparker : le personnage d'Humbert m'a beaucoup émue. C'est un criminel, mais il le sait, et malgré sa jouissance dans le crime il est le premier à en souffrir. Les passages qui traitent de sa passion pour Lolita, ainsi que de sa conscience et de ses regrets sincères d'avoir détruit son enfance et son adolescence (sa vie entière ?) sont extrêmement poétiques et touchants.

Cela pourra paraître monstrueux aux yeux de certains, mais le personnage de Lolita ne m'a jamais ému. Au contraire, j'ai détesté ce côté calculateur/manipulateur. On ne nous décrit pas une jeune fille qui souffre et qui est à la merci de son violeur; je trouve qu'on nous montre au contraire une fillette bien trop mauvaise et manipulatrice pour son âge. Pour tout dire, j'avouerai même que ça n'a éveillé en moi que du dégoût : tant de perversion à un si jeune âge ! (en même temps on pourrait argumenter qu'elle ne serait jamais devenue comme ça si elle n'avait pas été, d'entrée de jeu, une victime, de sa mère entre-autre). De plus, si on a de la sympathie pour Humbert, il devient difficile d'en développer pour Lolita.

Enfin, je dois dire que certains passages m'ont prodigieusement ennuyés : notamment lorsque l'auteur

Spoiler:
 

A cause de ces passages je trouve le roman assez inégal. Il y a de la vraie poésie dans ce livre, mais j'ai vraiment dû me battre contre la tentation de refermer le livre définitivement et de l'abandonner avant la fin, tant l'ennui pouvait me gagner parfois.
Revenir en haut Aller en bas
JFK
Président du monde
Président du monde
avatar

Nombre de messages : 1429
Age : 32
Localisation : Vétroz, Valais, Suisse
Date d'inscription : 20/12/2004

MessageSujet: Lolita différentes versions   Mer 29 Aoû 2012 - 19:11

Amelly a écrit:
J'ai lu vos critiques, et ça rejoint ce que j'avais pu entendre ou lire au sujet de ce livre.

Globalement mes attentes ont été "déçues" : je m'attendais à une atmosphère plus lourde, des scènes de sexes plus explicites et violentes, bref un livre atroce sur l'inceste (qui était, d'après ce que j'avais lu, consenti). Dans l'ensemble, les relations incestueuses d'Humbert et Lolita sont à peine évoquées; disons qu'on ne s'attarde pas. La "pornographie" ne semble pas être le sujet du livre.

Il y a quelques mois j'ai discuté avec une amie qui m'a dit qu'il existait 2 versions de Lolita: une russe et une américaine. La Russe est beaucoup plus sous-entendue alors que celle anglaise est plus directe (en gros elle me disait que pour le lectorat américain, il ne fallait pas être subtil et qu'il avait mis plus de sexe pour plaire). Se pourrait-il que tu aies lu une traduction du texte russe?


HS: Amelly, j'ai eu l'occasion de me procurer un Bret Easton Ellis, mais suite à tes critiques sur le forum j'ai choisi d'autres livres. Finalement je regrette, on ne pourra pas comparer nos avis.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dalton.ch
Amelly
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Nombre de messages : 396
Age : 28
Localisation : Dans le néant cosmique du Yagadougou
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Nabokov: Lolita   Mer 29 Aoû 2012 - 19:48

Après vérification, j'ai bien lu la traduction du texte anglais.

HS : pour Bret Easton Ellis, je te conseillerais quand même de le lire pour que nous puissions comparer nos avis Smile (si tu hésites à l'acheter de peur de ne pas aimer, emprunte-le). En tout cas ton avis m'intéresse alors fais-signe si tu le lis !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nabokov: Lolita   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nabokov: Lolita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mansfield Park vu par Nabokov
» Vladimir NABOKOV (Russie/Etats-Unis)
» Vladimir Nabokov
» Vladimir Nabokov dans Apostrophes, avec Bernard Pivot
» Marguerite Duras

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Des Lecteurs :: Forum Livre :: Littérature générale (classification par époques) :: 20ème-
Sauter vers: