AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jean Teulé: Je, François Villon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mu
Sorcière des haies
Sorcière des haies
avatar

Nombre de messages : 3593
Age : 31
Localisation : Le pays où l'ADSL n'existera jamais
Date d'inscription : 19/11/2004

MessageSujet: Je, François Villon - Jean Teulé   Mer 1 Oct 2008 - 19:07

Voici le troisième roman clôturant la trilogie de Jean Teulé. C'est le premier que j'ai lu mais le dernier à être paru ( 2006 ).



Quatrième de couverture

Il est peut-être né le jour de la mort de Jeanne d'Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère. Il a étudié à l'université de Paris. Il a joui, menti, volé dès son plus jeune âge. Il a fréquenté les miséreux et les nantis, les curés, les assassins, les poètes et les rois. Aucun sentiment humain ne lui était étranger. Des plus sublimes aux plus atroces, il a commis tous les actes qu'un homme peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de l'histoire de son temps. Il a ouvert cette voie somptueuse qu'emprunteront à sa suite tous les autres poètes : l'absolue liberté. Après Rimbaud et Verlaine, Jean Teulé ne pouvait mieux clore son voyage en Poésie qu'en endossant avec orgueil et humilité les haillons magnifiques de François Villon.

Le roman pourrait choquer les âmes sensibles car certains passages sont crus et violents, on peut s'imaginer les litres d'hémoglobine versés à cette époque et plus précisément par F.Villon lui-même ou par ses compagnons. La violence était gratuite et plus ou moins arbitraire.
Le ton du roman est donné dès les premières pages, notamment les quelques lignes sur la naisssance de Villon. Je vous mets l'extrait car je le trouve " sublime " :
" 30 mai 1434... Une date à se rappeler. Voici des flammes qui traverseront les siècles, dit-elle en appuyant d'avantage.
Jeanne avait été brûlée. Dans la salle Saint-Louis de l'Hôtel-Dieu, tout le monde était stupéfait. Moi-même, j'en suis tombé de la vulve de ma mère !
"

Je fus peu sensible à la poésie de François Villon, du moins à la première lecture. Le vieux français y fut sûrement pour quelque chose même avec la traduction. Mais en lisant que Rimbaud et Verlaine ne juraient que par lui, je les ai relus et ma foi, ses poèmes sont plutôt beaux, trash mais sensibles. A explorer mieux que ça.
C'est surtout la vie du poète qui m'a séduite, une vie de mauvais garçon, de sale chenapan, protégé par son parrain ce qui lui valu de nombreuses fois d'échapper à l'échafaud.
Je comprend pourquoi Verlaine et Rimbaud l'avaient pour " idole ". C'était un anarchiste,un vagabond avide de liberté, luttant contre l'oppression et les contraintes, retroussant toutes les jupes sur son passage, vidant tous les pichet de vin, tuant de sang-froid et n'ayant aucun scrupule à dépouiller quelques bonnes gens de leurs monnaies superflues.

Jean Teulé décrit magnifiquement toute la corruption, toute la violence qui existaient à cette époque ( XVème siècle ). Cet homme est un génie !
C'est donc inutile de vous dire que j'ai adoré... Il y a de nombreuses personnes ici, sensibles à la poésie, lisez ces livres, vous ne serez pas déçus, je vous assure....
Revenir en haut Aller en bas
Ojascoj
desperate housewife
desperate housewife
avatar

Nombre de messages : 2271
Age : 43
Localisation : dans la petite enfance
Date d'inscription : 07/10/2005

MessageSujet: Re: Jean Teulé: Je, François Villon   Mer 26 Nov 2008 - 15:13

Je viens de finir ce livre et c'est marrant parce que des trois que tu m'as prêté Mu', j'ai aussi commencé par celui-là, peut-être à cause de la chronologie.

Alors je ne peux pas dire que j'ai été choquée vraiment mais j'ai vraiment eu du mal à lire certains passages jusqu'au bout de part toute l'horreur qu'ils portent.

Inversement à toi, je n'ai pas du tout été séduite par François Villon. J'ai trouvé que c'était du gâchis même si on peut tout relier à la mort stupide de ses parents. C'est sûr qu'il ne faisait pas bon vivre à cette époque. J'ai parfois ri de ses facéties mais il m'a semblé pathétique dans sa quête d'appartenance aux écorcheurs et je trouve qu'il a eu une vie facile chez son tuteur et qu'il ne s'est pas vraiment frotté aux difficultés de la vie comme ses parents ont eu à le faire. J'ai trouvé que sa violence était gratuite, sauf à la penser comme immense vengeance.

En revanche, j'ai été sensible à sa poésie, magistralement mise en scène par Jean Teulé. Tout s'explique, tout coule, tout se comprend grâce à ces "citations" à point nommé dans le récit.
J'ai aussi beaucoup pensé à Brassens qui avait aussi un culte pour François Villon. Tant d'amour et d'admiration pour lui continue à m'étonner terriblement.

Mais une chose est sûre, ce livre vaut le temps qu'on y consacre.
Merci Mu' de me l'avoir fait découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
méline
Stagiaire en bibliothèque
Stagiaire en bibliothèque
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 39
Localisation : briançon
Date d'inscription : 28/11/2008

MessageSujet: Jean Teulé: Je, François Villon   Ven 22 Mai 2009 - 19:26

Je, François Villon:

Résumé:

Frères humains qui après nous vivez, N'ayez les cœurs contre nous
endurcis." Signé François Villon. Cet homme est peut-être né le jour
de la mort de Jeanne d'Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère.
Il a appris le grec et le latin à l'université de Paris. Il a joui,
menti, volé dès son plus jeune âge. Il a fréquenté les miséreux et les
nantis, les étudiants, les curés, les prostituées, les assassins, les
poètes et les rois. Aucun sentiment humain ne lui était étranger. Des
plus sublimes aux plus atroces, il a commis tous les actes qu'un homme
peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de
l'histoire de son temps et a disparu un matin sur la route d'Orléans.
Il a donné au monde des poèmes puissants et mystérieux, et ouvert cette
voie somptueuse qu'emprunteront à sa suite tous les autres poètes :
l'absolue liberté.

Ce que j'en pense:

Quelle lecture!!! A la fois difficile, déconcertante, violente et tellement bien écrite et intéressante.
J'ai ressentie beaucoup de souffrance dans cette véritable histoire, de ce véritable personnage, celle de la recherche de la liberté surtout.
Une poésie qui m'était complètement inconnue et qui m'a transportée tout de même et beaucoup touchée.

Je n'ai rien à rajouter au résume ci-dessus, il est parfait........
J'ai juste envie de conseiller cette biographie à ceux et celles qui ne l'auraient pas encore lue.

Cet ouvrage m'a aussi donné l'envie de lire d'autres biographies du même auteur, Ô Verlaine sera sûrement le prochain.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Teulé: Je, François Villon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Teulé: Je, François Villon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Teulé, Jean] Je, François Villon
» Jean Teulé : Le magasin des suicides, Charly 9 et autres romans
» LE MAGASIN DES SUICIDES de Jean Teulé
» MANGEZ-LE SI VOUS VOULEZ ! de Jean Teulé
» LE MONTESPAN de Jean Teulé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Des Lecteurs :: Forum Livre :: Littérature générale (classification par genres) :: Documents/Temoignages/Biographies-
Sauter vers: