AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marivaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Margot
Pimousse cassis
Pimousse cassis
avatar

Nombre de messages : 2309
Localisation : Con Quijote perdida en la Mancha
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Marivaux   Dim 4 Oct 2009 - 17:19

L'auteur
Né en 1688 Marivaux est élevé en province mais fera ses études à Paris, c'est d'ailleurs à cette occasion qu'il a fréquenté le salon de Mme de Lambert (femme très influente de l'époque). Il ne souhaite pas la gloire théatrale, il se demarque alors des conventions (il fallait à l'époque écrire des tragédies pour plaire), il va renouveler la comédie pour verser vers la tragi-comédie (terme anachronique, à l'époque on parle de "comédie larmoyante"). Il travaille en priorité avec le théatre Italien, à partir de 1720 , en écrivant des comédies. Il garde des éléments de la comedia dell'arte (le travestissement, les improvisations à partir d'un fil conducteur). Cependant il marquera sa différence en traitant l'être profond de ses personnages, son théatre peut être considéré comme "expérimental". En effet ces pièces ont un fond commun : il y est toujours question d'échange des rôles et de travestissements, et on en tire une morale. Ainsi les esclaves deviennent les maitres et les domestiques les maitres dans, respectivement "Lîle aux esclaves" (1725) et "Le jeu de l'amour et du harsard'.(1730).
Il s'est essayé à plusieurs genres de littérature mais est plus connu pour ses écrits théatraux.
Il meurt en 1763 à Paris

Le jeu de l'amour et du hasard intrigue

Silvia attend Dorante à qui son père veut la marier. Mais afin de l'observer tel qu'il est vraiment, elle décide de prendre la place de sa femme de chambre. Dorante, également en proie au doute, a eu la même idée. Les maîtres deviennent les valets qui deviennent les maîtres

Ce que j'en pense: C'est une pièce courte (une soixantaine de pages), Marivaux y expose une conception du mariage et de la condition feminine qui se rapproche de la conception moderne (un mariage d'amour et non de raison)... Il a une pensée assez avant-gardiste (ses pièces malgré cela ont eu du succés au 18ème).
L'écriture est d'une grande qualité (peut être est-ce pour cela qu'il est tout de même apprécié). Le rhytme est allègre et cela même dans les scènes à tendance tragique. La seconde chose qui est étonnante dans l'écriture c'est le mélange des genres et le passage en prose : les bourgeois jurent autant que les domestiques, le passage à la prose permet ces jeux de langage... Ce que j'ai beaucoup apprécié c'est le jeu qui s'instaure entre les personnages et le lecteur : certaines (beaucoup) de répliques peuvent se lire à deux niveaux mais seul le lecteur peut y voir l'allusion. Néanmoins à certains moments le style subtil peut désarçonner car on est pas sur d'avoir bien saisi.
Revenir en haut Aller en bas
 
Marivaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nos deux coeurs/le roman d'amour filmé (Marivaux-Diderot)
» (Coll) Aventures polières( Marivaux)
» La Fausse Suivante de Marivaux
» Marivaux
» [Marivaux] Le jeu de l'amour et du hasard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Des Lecteurs :: Forum Livre :: Théâtre-
Sauter vers: