AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Place - Annie Ernaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amelly
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Nombre de messages : 396
Age : 29
Localisation : Dans le néant cosmique du Yagadougou
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: La Place - Annie Ernaux   Lun 19 Déc 2011 - 12:55

La Place - Annie Ernaux


4e de couverture :

Il n'est jamais entré dans un musée, il ne lisait que Paris-Normandie et se servait toujours de son Opinel pour manger. Ouvrier devenu petit commerçant, il espérait que sa fille, grâce aux études, serait mieux que lui.

Cette fille, Annie Ernaux, refuse l'oubli des origines. Elle retrace la vie et la mort de celui qui avait conquis sa petite «place au soleil». Et dévoile aussi la distance, douloureuse, survenue entre elle, étudiante, et ce père aimé qui lui disait : «Les livres, la musique, c'est bon pour toi. Moi, je n'en ai pas besoin pour vivre.»

Ce récit dépouillé possède une dimension universelle.

Prix Renaudot 1984.

Biographie de l'auteur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Ernaux

Annie Ernaux, née Annie Duchesne le 1er septembre 1940 à Lillebonne, est une écrivaine française.

Annie Ernaux passe son enfance et sa jeunesse à Yvetot, en Normandie. Née dans un milieu social modeste, de parents d’abord ouvriers, puis petits commerçants, Annie Ernaux fait ses études à l’université de Rouen. Elle devient successivement institutrice, professeure certifiée, puis agrégée de lettres modernes. Au début des années 1970, elle enseigne au collège d’Évire à Annecy, puis à Pontoise, avant d'intégrer le Centre national d'enseignement à distance.

Elle fait son entrée en littérature en 1974 avec Les Armoires vides, un roman autobiographique. En 1984, elle obtient le prix Renaudot pour un de ses ouvrages à caractère autobiographique, La Place.

Les Années, vaste fresque qui court de l'après-guerre à nos jours, publiée en 2008, est récompensée par le prix Marguerite Duras 2008, le prix François Mauriac 2008, le prix de langue française 2008 et le prix des lecteurs du Télégramme 2009.

En 2011, Annie Ernaux publie L'Autre fille, une lettre adressée à sa sœur, décédée avant sa naissance, ainsi que L'Atelier noir, qui rassemble différents carnets d'écriture constitués de notes, de plans et de réflexions liées à la rédaction de ses ouvrages. La même année une anthologie intitulée Écrire la vie paraît dans la collection « Quarto ». Elle rassemble la plupart des écrits autobiographiques de l'auteur et propose un cahier d'une centaine de pages, composées de photos et d'extraits du journal intime inédit de l'auteure.

En outre, un prix littéraire dont elle est la « marraine » porte son nom : le Prix "Annie Ernaux".

Bibliographie :

Trop conséquente, voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Ernaux .

Mon avis :


Annie Ernaux fait partie, je crois, de ces auteurs français très prolifiques et très peu critiqués. Son nom revient souvent dans les débats sur l'autobiographie ou l'autofiction, bien qu'elle rejette cette dernière étiquette en argumentant qu'elle n'écrit pas de fiction mais sa vie telle qu'elle a été. Elle a même fait enlever toutes les mentions "roman" de ces œuvres il y a quelques années.

Je n'ai rien lu d'autre d'elle jusqu'à présent, pourtant d'après ce que j'ai entendu je me demande si on pourrait généraliser mon opinion sur l'ensemble de son œuvre, puisqu'il semble que ce soit à peu de chose près toujours la même démarche (?).

J'ai aimé le côté"pittoresque" du livre, décrire le paysan normand reconverti en propriétaire de café qu'était son père. La vie d'après-guerre chez ceux qui n'étaient pas aisés. Elle parle d'elle aussi, de sa relation avec lui. Un livre finalement comme je trouve qu'il y a en a beaucoup de nos jours. C'est très mode d'écrire sur le milieu du 20e siècle, d'écrire sur sa vie de famille, ses conflits familiaux...On est en plein dans une époque que je qualifierai d' "époque de la thérapie".

Mais ceci est un autre sujet, et il faut préciser qu'Annie Ernaux a publié ce livre en 1983. Pourtant ça m'a quand même gênée. Ce livre n'est pas désagréable à lire en soi, mais je n'y ai rien trouvé d'exceptionnel non plus qui vaille le coup qu'on le lise. Le style est neutre et plat au possible, ce qui est voulu par l'auteur puisqu'elle souhaite décrire "objectivement" la vie de son père et ses relations avec lui. Mais cet objectif m'ennuie déjà en lui-même, car AUCUN récit autobiographique n'est objectif. Chaque sujet verra les mêmes évènements différemment, les raconter, aussi objectivement soit-il, sélectionner certains évènements aux dépens d'autres, c'est déjà une interprétation, donc par définition SUBJECTIVE.

J'ai trouvé ce récit banal et finalement sans grand intérêt, puisqu'aujourd'hui tout le monde écrit sur ses parents, leurs névroses, etc. Chaque thérapie individuelle mérite-t'elle d'être publiée ?
Revenir en haut Aller en bas
 
La Place - Annie Ernaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Des Lecteurs :: Forum Livre :: Littérature générale (classification par époques) :: 20ème-
Sauter vers: