AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le parfum, de Patrick Suskind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ness
Allow win
Allow win
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 41
Localisation : Sur la route de Brandivy
Date d'inscription : 05/11/2004

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Mer 1 Déc 2004 - 11:41

Ce livre parle de Jean-Baptiste Grenouille, un jeune garçon qui a un sens olfactif très développé. Il va donc naturellement se retrouver dans le milieu de la parfumerie. Tout au long de l'histoire, le personnage va passer par plusieurs états, jusqu'à réussir à faire un parfum très particulier...

L'histoire se situe au 18ème siècle, commence et se termine à Paris, en passant notamment par la ville de Grasse

Le livre est très intéressant car on découvre, en même temps que le personnage, les différentes techniques de capture des odeurs, et de fabrication des parfums.

_________________
3 petits bouts, hauts comme 3 pommes : 3 belles fleurs s'épanouissant.
3 présents en devenir qui se doublent. Se (re)croiseront-ils dans les ans à venir?

Livres pour tous petits : Crapoussin
Revenir en haut Aller en bas
shenzy
Princesse aux petits pois.
Princesse aux petits pois.
avatar

Nombre de messages : 3741
Age : 27
Localisation : somewhere over the rainbow...
Date d'inscription : 04/11/2004

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Mer 1 Déc 2004 - 16:16

C'est un livre qui marque par son étrangeté .
Toute cette analyse autour des parfums, le Paris de cette époque est si bien retranscrit.
Ce qui m'a le plus fait réflechir c'est le parfum (ou ici l'odeur) comme attractif, comme moyen de anihiler la volonté.
Il est vrai que certaines personnes ont des odeurs qui envoutent. Il en est de même dans la nature avec certains annimaux qui dégagent certaines odeurs pour attirer le male ou la femelle.
C'est l'analyse qu'en fait Suskind qui est géniale.
Et puis le milieu du parfum avec ses détails, ses créations est très bien décrit.
C'est un super livre!

_________________
"Après avoir étudié la condition des femmes dans tous les temps et dans tous les pays, je suis arrivé à la conclusion qu'au lieu de leur dire bonjour, on devrait leur dire pardon"

Alfred de Vigny


Dernière édition par le Mer 8 Mar 2006 - 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mu
Sorcière des haies
Sorcière des haies
avatar

Nombre de messages : 3593
Age : 31
Localisation : Le pays où l'ADSL n'existera jamais
Date d'inscription : 19/11/2004

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Ven 3 Déc 2004 - 3:38

J'ai adoré ce livre. Mais la fin est étrange et casse quelque chose. En plus J.B Grenouille se retrouve à Montpellier et c'est ma ville k8
Revenir en haut Aller en bas
Fred
Lecteur confirmé
Lecteur confirmé
avatar

Nombre de messages : 40
Localisation : Au pied du Luberon
Date d'inscription : 05/11/2004

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Sam 4 Déc 2004 - 3:06

Une magnifique histoire absolument géniale un de mes livres de chevet.

Edit'Linda: Attention au post d'une ligne! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Max le Chevalier Blanc
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 682
Age : 31
Localisation : Tout en haut.
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Sam 4 Déc 2004 - 3:45

C'est un livre que j'ai dû lire en français quand j'étais en seconde.
Et c'est un livre qui m'avait plu, par son intrigue et son environement quelque peu particulier, on est dedans et on a l'impression d'être à l'époque.

C'est trés bien écrit et je comprends que l'on peu en être fan. Je comprends aussi que l'on peu trouver la fin bizarre surtout quelques scéne qui sont assez crues.

C'est aussi un livre intéressant avec une intrigue rondement menée à lire, si ce n'est pas encore fait!!!
Revenir en haut Aller en bas
alex
Nouveau membre
Nouveau membre


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 01/11/2004

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Jeu 9 Déc 2004 - 19:58

Je n'ai pas lu ce livre mais on me l'a lu! Ou plutot raconté.
Pendant une heure, une personne m'a racontée ce livre avec des petites etincelles dans les yeux, et moi je suis restée silencieuse, suspendue à ses lèvres sans jamais oser l'interrompre.
SUPERBE
Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo
Vieux Piaf Asthmatique
Vieux Piaf Asthmatique
avatar

Nombre de messages : 100
Localisation : Arkham Asylum
Date d'inscription : 04/12/2004

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Mer 15 Déc 2004 - 6:01

Ah oui, trés étrange, je trouve qu'il y a beaucoup trop de descriptifs, même si l'univers en lui même est trés intéressant, je n'ai pas réussi à aller jusqu'au bout du livre, je n'ai pas trop apprécié le passage de la jeune fille nue qu'il tue (ou aurais-je des souvenirs erronés ??) et puis les desciptions olfactives sur la puanteur de Paris à cette époque et bien que se sit vrai m'ont particulirement ennuyés. Dans tout les cas, je n'ai pas trop apprécié puisque je ne l'ai pas fini, ce qui n'est absolument pas dans mes habitudes. T_T
Revenir en haut Aller en bas
Alinoé
Kukul L'Orangine des îles farouches
Kukul L'Orangine des îles farouches
avatar

Nombre de messages : 1075
Localisation : planète livre
Date d'inscription : 08/11/2004

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Jeu 10 Fév 2005 - 13:17

J'ai fini de lire ce livre cette semaine.
Tout d'abord j'ai trouvé la démarche de décrire le monde par les odeurs plutôt qu'en faisant appel au sens de la vue, ce qui est le cas en général, une jolie contrainte dont l'auteur se sort très bien. Il montre à quel point le vocabulaire lié à l'odorat est riche.
Par contre je n'ai pas trop apprécié le parti pris de faire passer Jean Baptiste Grenouille pour un monstre, personnellement j'avais l'impression que l'auteur se complaisait dans la description de la "monstritude" du héros. A peine né, qu'il lui prête déjà des mauvaises intentions !!!
J'ai bien aimé la description de la fin du XVIIIème siècle, avec ses odeurs bien sûr, mais également les métiers, la répartition de la société en classes sociales, le compagnonnage, les superstitions, les esprits éclairés qui préfèrent faire du magnétisme ou du spiritisme que de croire à la religion. la façon dont sont racontés les confrontation entre maitres et servants, nobles et peuple est pleine d'humour.

ATTENTION A PARTIR D'ICI, IL VAUT MIEUX AVOIR LU LE LIVRE CAR ON DEVOILE CERTAINES "SURPRISES".

Il y a des récurrences qui font sourire également : presque à chaque fois que Jean-Baptiste Grenouille quitte un maître, ce dernier périt peu de temps après.
J'ai beaucoup ri avec le personnage du marquis de Taillade Espinasse qui se targue d'être un scientifique. Faut dire que les sciences à l'époque c'était quelque chose !!! Avec son fluidum letale. Et comment Grenouille, tout ignorant qu'il réussit à l'entortiller avec ses propres armes !!
Par contre je me suis ennuyée pendant l'épisode de la caverne dans le massif central (clin d'oeil de l'auteur à la caverne de Platon ?). Explorer les pensées de Grenouille c'était fastidieux.
Je remercie tout de même l'auteur pour m'avoir donné l'illusion que Grenouille avait vraiment existé.
J'ai bien aimé le rôle du notable Richis en profiler du serial killer de jeunes filles dans la ville de Grasse. Il s'approche énorment de la vérité.
Je ne comprends pas la nécessité d'en faire un serial killer, il me semble qu'il aurait pu receuillir le parfum sans tuer ses victimes. Mais il risquer de se faire prendre, cependant, il n'est jamais expliquer pourquoi il les tue et on a vraiment l'impression de crimes gratuits.
La scène de l'éxécution de Grenouille sombre dans le fantastique le plus complet, et même s'il on connait l'effet des phéronomes, il ne faut pas pousser quand même.
Ce qui m'énerve le plus, c'est le gâchis. Grenouille a un nez exceptionnel et il l'utilise à des fins qui finalement ne le satisfont pas. Il a une structure de pensée qui le met complétement à l'écart de la société humaine.
La fin lui permet de réintégrer la société humaine, et de finir comme un dieu finalement ! (je pense à un symbole d'eucharistie). Grenouille sorte d'anti-christ. En fait j'essaie de comprendre ce que l'auteur avait derrière la tête.

Il y a quelque chose que je n'ai pas compris : pourquoi était-il absolument nécessaire que Grenouille soit inodore ? Qu'il est une odeur imperceptible pour le comment des mortels suffisait à expliquer les répulsions éprouvées à son égard et le fait qu'il puisse se faufiler sans être répéré, mais aucune odeur ? Pour accentuer son côté monstrueux ? Pour ajouter du fantastique, le mettre en marge du monde humain et même animal, végétal, minéral ???? Je n'ai pas compris pourquoi l'auteur insistait autant et je n'ai pas compris non plus le rêve dans la caverne où il s'étouffe dans sa non-odeur. Comment avez-vous compris cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Criki
Lecteur confirmé
Lecteur confirmé
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : Sélénite
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Sam 19 Fév 2005 - 23:58

Personnellement, j'ai adoré ce livre.
C'est devenu l'un de mes livres cultes !!!!
J'ai beaucoup aimé les descriptions de l'époque, de la société, etc.
L'histoire, racontée d'un point de vue olfactif est drôlement bien réussi par l'auteur !!!!
Enfin, Jean-Baptiste Grenouille est un personnage étrange, monstrueux, mais qui est fascinant !
Revenir en haut Aller en bas
Ness
Allow win
Allow win
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 41
Localisation : Sur la route de Brandivy
Date d'inscription : 05/11/2004

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Lun 21 Fév 2005 - 13:15

ATTENTION A PARTIR D'ICI, IL VAUT MIEUX AVOIR LU LE LIVRE CAR ON DEVOILE CERTAINES PARTIES DE L'HISTOIRE.

Alinoé a écrit:
cependant, il n'est jamais expliquer pourquoi il les tue
Dans le livre il est dit que lors de ses tests sur les animaux, Jean-Baptiste se rend compte que les animaux ne se laissent pas faire et qu'il doit les immobiliser.

Alinoé a écrit:
pourquoi était-il absolument nécessaire que Grenouille soit inodore ? Qu'il est une odeur imperceptible pour le comment des mortels suffisait à expliquer les répulsions éprouvées à son égard et le fait qu'il puisse se faufiler sans être répéré, mais aucune odeur ?
Pour moi c'était assez logique qu'il n'est pas d'odeur. Je pense que c'est d'ailleurs cette absence d'odeur qui lui permet d'avoir ce nez. S'il avait une quelconque odeur, celle-ci le gènerait, fausserait son nez : soit il ne pourrait sentir que cette odeur, ou à l'inverse, il serait incapable de sentir cette odeur.

Alinoe a écrit:
je n'ai pas compris non plus le rêve dans la caverne où il s'étouffe dans sa non-odeur. Comment avez-vous compris cela ?
Ben j'ai bien des explications, mais elles ne me satisfont qu'à moitié. Je continue à y réfléchir...

_________________
3 petits bouts, hauts comme 3 pommes : 3 belles fleurs s'épanouissant.
3 présents en devenir qui se doublent. Se (re)croiseront-ils dans les ans à venir?

Livres pour tous petits : Crapoussin
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Bibliothécaire
Bibliothécaire
avatar

Nombre de messages : 147
Localisation : quelque part ou je ne me touve jamais...
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Jeu 3 Nov 2005 - 14:23

C'est aussi un de mes livres favoris...
Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression que le lecteur est attiré par jean-baptiste grenouille qui pourtant est vraiment horrible dans tout son être, des pieds au nez...
Quand on pense à ces crimes, on devrait être dégouté, mais non, on continue inlassablement à tourner les pages et ainsi à voyaher dans la France entière, de nuit comme de jour, à dormir dans les bosquets etc...
C'est un des rares livres où j'ai réussi à ressentir ce que notre serial killer olfactif pouvait lui aussi ressentir!! C'est fou quand même! Il faut dire que suskind nous mène bien par le bout du nez (c'est le cas de le dire) jusqu'à la fin, un peu trop raide et rapide à mon gôut!
Tomber sur des cannibales attirés par une aura, c'était quand même un peu gros... bravo quand même.
(Même si je n'aurais pas aimé me retrouver dans une grotte pendant sept ans).
Revenir en haut Aller en bas
Ojascoj
desperate housewife
desperate housewife
avatar

Nombre de messages : 2271
Age : 43
Localisation : dans la petite enfance
Date d'inscription : 07/10/2005

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Mar 8 Nov 2005 - 19:33

J'avais bien apprécié ce livre aussi même si par moment, il est assez déroutant.
En fait, si Jean-Baptiste Grenouille est un sérial killer c'est que l'auteur s'est inspiré d'un vrai meurtrier en série qui s'appelait Gille et qui tuait toujours le même genre de femme.

J'ai aussi trouvé que axé son livre sur l'odorat était une excellente idée qui nous rappelle l'importance que ce sens a même si on n'y prête que peu d'attention.
C'est très particulier mais très bien rendu.
Revenir en haut Aller en bas
Brume crépusculaire
Madame Totoro
Madame Totoro
avatar

Nombre de messages : 521
Age : 38
Localisation : entre les rêves et l'écume des vagues
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Le parfum, de Patrick Suskind   Jeu 2 Mar 2006 - 15:17

J'avais lu ce livre il y a un bail et j'avais adoré ce côté effrayant et fascinant à la fois. Le personnage de Grenouille m'avait fichu la chair de poule à l'époque.
Je me rappelle que les descriptions des odeurs, des parfums et des senteurs était vraiment bien faites, parfois j'avais l'impression de les sentir ...

Je pense aussi le relire avant d'aller voir le film ... mais ça dépendra beaucoup de mon emploi du temps ...
Revenir en haut Aller en bas
polgarra
Lecteur débutant
Lecteur débutant
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 32
Localisation : Tours
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: Le parfum, de Patrick Suskind   Jeu 27 Juil 2006 - 18:11

J'ai adoré ce livre, l'étrangeté qu'il dégage.
Je dois avouer qu'en le finissant, j'ai prété un intérêt autre aux odeurs pendant quelques jours.


Citation :
Pour moi c'était assez logique qu'il n'est pas d'odeur
Je suis totalement d'accord. Cela fait partie de sa monstruosité.
Ce personnage n'a pas de sentiment, il a un intellect assez limité si on lit bien l'oeuvre. Seul son nez et un certain instinct le font évoluer et survivre.
Le fait qu'il n'ait pas d'odeur participe de cette abscence de conscience.
On sait aujourd'hui toute l'importance qu'ont les odeurs dans nos relations aux autres.

Il est vrai que la fin laisse une impresion étrange car rien ne nous y préparait. Mais il me semble qu'elle reste dans la logique du personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Andromède
Bibliothécaire
Bibliothécaire
avatar

Nombre de messages : 103
Age : 50
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Le parfum, de Patrick Suskind   Jeu 27 Juil 2006 - 20:11

C'est un livre magnifique . On a l'impression que Suskind a dit tout ce qu'il voulait dire car depuis il a très peu écrit . C'est un livre que je n'ai pas lu mais écouté et c'est vraiment très agréable. Le lecteur lit lentement, beaucoup plus lentement que moi et c'est beaucoup mieux que de dévorer les pages des livres ... Dommage que les Cd de lecture soient aussi chers...
ATTENTION SPOILERS
Citation :
Il y a quelque chose que je n'ai pas compris : pourquoi était-il absolument nécessaire que Grenouille soit inodore ? Qu'il ait une odeur imperceptible pour le comment des mortels suffisait à expliquer les répulsions éprouvées à son égard et le fait qu'il puisse se faufiler sans être répéré, mais aucune odeur ?
Le fait que JB Grenouille soit inodore est à mon avis la clé du livre. Au départ, il n'est rien ou plutôt il est un être dans une société (celle du 18è) où l'individu ne compte pas en tant que tel. Sa naissance et le peu de cas qu'on fait de lui en sont une preuve.
Sa quête va consister à se fabriquer une individualité, une personnalité en se créant un parfum qui fera de lui quelqu'un d'exceptionnel. Je pense que cela correspond au mouvement romantique amorcé dans la deuxième moitié du 18è siècle où l'homme n'est plus seulement un être dans un groupe mais un individu à part entière qui exprime ses désirs etses sentiments.

Citation :
je n'ai pas compris non plus le rêve dans la caverne où il s'étouffe dans sa non-odeur. Comment avez-vous compris cela ?
Il faudrait que je relise ce passage mais je me souviens de la manière dont je l'avais compris. En ce qui concerne le fait qu'il étouffe à cause de son absence d'odeur, j'utiliserais les mêmes explications que plus haut. Par contre la grotte, où il reste si longtemps, symbolise le ventre maternel où il prend conscience de son existence et choisit de renaître pour se créer une personnalité.
Revenir en haut Aller en bas
Margot
Pimousse cassis
Pimousse cassis
avatar

Nombre de messages : 2309
Localisation : Con Quijote perdida en la Mancha
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Le parfum, de Patrick Suskind   Lun 2 Oct 2006 - 19:39

Déroutant, glaçant et angoissant.Je l'ai habité du début à la fin. Le personnage est absolument hallucinant, à la fois animal et d'une humanité qui est suprenante. Pour moi, la personnalité de Grenouille inspire la pitié et à la fois un dégout sans borne. Mais c'est cette double entité qui anime le personnage.
L'histoire est originale, je fais plus attention aux odeurs.
Autre chose la fin est terrible, surtout cette histoire d'odeur humaine, tout le mouvement de foule c'est sidérant.
Revenir en haut Aller en bas
Clems
Entre ange et démon, attention je suis modé!
Entre ange et démon, attention je suis modé!
avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 33
Localisation : à la recherche du temps déjà perdu
Date d'inscription : 27/01/2005

MessageSujet: Re: Le parfum, de Patrick Suskind   Mar 18 Déc 2007 - 22:08

Je viens de le finir!
Que dire? c'est le roman de l'odeur....c'est un roman qui participe un peu de la synesthésie, le lecteur ressent les odeurs...
Nous avons peut-être la plus fidèle description du Paris de l'époque... car la puanteur était bien réelle mais elle n'est que rarement évoquée dans les romans.

(attention spoilers)

Je trouve que le roman est long par moment...... on nous annonce sur la 4eme de couverture qu'il s'agit d'un tueur en série, puis au 3/4 du livre, il n'y avait toujours qu'un meurtre... tout s'accélère vers la fin, son arrestation est même hyper rapide... on a l'impression d'avoir raté un épisode... en fait ça permet au lecteur de se retrouver dans le même état d'esprit que Grenouille, de voir tout s'arrêter... tout s'écrouler...
La fin est vraiment bizarre... vraiment fantastique en fait.....

En tout cas, j'en avais beaucoup entendu parler, ben j'ai bien aimé ! Mais je ne sais pas si j'aurais le courage de le relire une 2eme fois...

_________________
j'suis prof!!!!! ayé j'ai réussi!!
En ce moment....je suis dans la littérature de jeunesse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le parfum, de Patrick Suskind   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le parfum, de Patrick Suskind
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Août 2003: Le Parfum de Patrick Süskind
» Patrick SÜSKIND (Allemagne)
» LE PARFUM de Patrick Suskind
» [Süskind, Patrick] Le Parfum
» Le parfum, Patrick Süskind

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Des Lecteurs :: Forum Livre :: Littérature générale (classification par époques) :: 20ème-
Sauter vers: