AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marcel Pagnol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ojascoj
desperate housewife
desperate housewife
avatar

Nombre de messages : 2271
Age : 43
Localisation : dans la petite enfance
Date d'inscription : 07/10/2005

MessageSujet: Judas de Marcel Pagnol   Sam 20 Mai 2006 - 20:13

Et encore une pièce de Pagnol à mon actif : Judas.

L'histoire : Marcel Pagnol a buché ses évangiles pour se pencher sur l'histoire de Judas Iscariote, universellement connu pour celui qui a trahi Jésus. Il raconte donc sa trahison à travers cette pièce en expliquant que Judas a cru ainsi obéir aux ordres de Jésus qui lui dit le soir de la Pâque : "celui-là doit me trahir" et après tout doucement "ce que tu as à faire, fais-le vite". C'est vrai que le prix demandé pour celui qui tenait les cordons de la bourse de Jésus et ses apôtres est ridicule comparé à ce qu'il gérait et qu'il est idéalement conforme à ce qu'avait annoncé le prophète Jéremy. Du coup, Marcel Pagnol a imaginé les affres de douleur dans lesquels Judas se meut et son désespoir.

Ce que j'en pense : A la lecture de mon résumé, on pourrait penser qu'il s'agit d'un drame. Mais Marcel Pagnol n'est pas spécialisé dans les envolées lyriques alors c'est plus sur l'échange que se fonde sa pièce, comme sa production en général. Marcel Pagnol explique dans sa préface toujours très intéressante que cette pièce n'a pas du tout marché et qu'il ne s'explique pas comment mais qu'elle a soulevé un concert de protestations venant des communautés juives et catholiques.
En fait, je comprends les protestataires car certains propos sont maladroits je trouve et prêtent à interprétation. De plus, le verbe de Marcel Pagnol paraît anachronique avec l'époque et dessert l'ensemble de l'oeuvre aussi.
Bref, je n'ai pas trop aimé cette pièce et je comprends qu'elle n'ait pas marché.
Revenir en haut Aller en bas
Margot
Pimousse cassis
Pimousse cassis
avatar

Nombre de messages : 2309
Localisation : Con Quijote perdida en la Mancha
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Marcel Pagnol   Sam 1 Sep 2007 - 21:27

Je n'avais encore jamais lu de Pagnol... eh bein voilà c'est fait. J'ai commencé par LE grand classique " La gloire de mon père": quel régal pour les vacances ( ça décuple l'effet du livre je trouve, puisque le narrateur parle de ses vacances). J'ai aimé le coté autobiographique du livre. J'aurais bien aimé que mon grand père me raconte des épisodes ( vacances ou autre), du coup Pagnol devient un peu le grand père de ses lecteurs en leur livrant des anecdotes.
Certaines histoires, ne sont pas sans faire écho aux notres... Il nous fait revenir sur les traces de notre enfance. Du coup je me suis imaginée dans 30 ans avec des neveux et nièces que leur raconterai-je comme souvenirs?
J'ai aussi été extrèment touchée par le portrait que Pagnol dresse de la société et de sa famille: il est pur et sans retouche.
Edit de 21h 04
Voies parralèlle: Les ritals de Cavanna qui dresse le portrait brut d'une famille italienne. Egalement un récit autobiographique.
Revenir en haut Aller en bas
Ojascoj
desperate housewife
desperate housewife
avatar

Nombre de messages : 2271
Age : 43
Localisation : dans la petite enfance
Date d'inscription : 07/10/2005

MessageSujet: Re: Marcel Pagnol   Jeu 20 Sep 2007 - 16:43

Je viens de finir le tome II de ses oeuvres complètes consacré au cinéma.
Avant de parler de chaque scénario, je me suis régalée. Même si parfois, les histoires ont pas mal vieillies ou la culture française a changé et en deviennent assez choquantes. Pour exemple, la pauvre fille de Regain qui se fait violer par toute une équipe de charbonniers sans que le garde champêtre y trouve quelque chose de répréhensible. Les hommes qui battent leurs femmes...
Autre chose, à chaque fois qu'il y a eu préface, je me suis régalée à sa lecture. MArcel PAgnol en profite pour raconter des anecdotes de tournage ou pour expliquer le contexte. C'est toujours un bonheur de le lire et l'homme qui transparaît alors semble être un humaniste, un bon vivant, un franc camarade doté d'un humour débordant.
Allez, je commence :

Cinématurgie de Paris :
Ceci n'est pas un film bien sûr mais une thèse sur le cinéma. Marcel Pagnol a été l'un des premiers réalisateurs de cinéma parlant et à l'époque le fait qu'il abandonne le théâtre pour le cinéma et qu'il utilise des acteurs de théâtre dans ses films a fait scandale. Dans cet écrit, Marcel Pagnol se défend un peu en expliquant les avantages et inconvénients des deux arts et c'est très intéressant. Dans la préface où il raconte ses débuts et l'effervescence autour des studios américains, on ressent la spécificité de la production cinématographique française et la déjà grande machine hoolywoodienne. Il y a comme une effervescence et c'est vraiment très intéressant à lire.

Jofroi :
J'ai dû replonger dans le livre pour me souvenir de l'histoire mais la voici : Jofroi est un vieux paysan qui vend son verger qui ne produit plus à un voisin. Le lendemain de la vente, l'acquéreur vient pour arracher les arbres. Pour Jofroi, ceci est impensable et il va faire un chantage au suicide pour que ses arbres restent en place.
J'ai bien aimé l'histoire et ce vieux papet est touchant au début. Mais après, les ficelles sont un peu grosses et il devient un peu pénible. J'imagine que de le voir plutôt que de le lire est plus intéressant.

Angèle :
Angèle est fille unique d'un fermier de provence. Un jour, elle rencontre sur la place du village, Louis, un mauvais garçon, avec qui elle s'enfuit dès le jour même. Alors qu'un jeune gars de la montagne soupire d'amour pour elle. Et elle va se retrouver à faire le trottoir à Marseille jusqu'à ce que le garçon de ferme de son père vienne la chercher...
Cette histoire a vieilli de par même la condition de la jeune fermière et de la réaction de son père. Mais si on passe outre, c'est une histoire d'honneur perdu et d'amour, toujours avec l'accent et les remarques truculentes.

Merlusse :
Merlusse est un répétiteur dans un internat, sévère et austère. Quand il doit remplacer le surveillant de la nuit de Noël, les enfants font grise mine mais les plus méchants ne sont pas toujours ceux qu'on croit...
Ce film-là, c'est un peu un conte de Noël. En lisant, j'imaginais les garçons à leur pupitre dans la salle d'études. Les différents personnages sont bien plantés et certains enfants sont terriblement émouvants. J'ai beaucoup aimé cette histoire.

Cigalon :
Cigalon est un restaurateur qui a un restaurant bénéficiant d'une vue superbe mais où il ne sert pas à manger. Fin gourmet, il ne prépare à manger que pour lui et sa soeur. Jusqu'au jour où la blanchisseuse vient ouvrir une auberge à côté de chez lui. S'ouvre alors une dispute...
Marcel Pagnol et son équipe lorsqu'ils l'ont vu après le montage, se sont bidonnés tout le long. Mais au cinéma, ce film a fait un immense flop. A vrai dire, je comprends mieux les spectateurs qui l'ont boudé que Marcel Pagnol et son équipe. Son personnage principal est désagréable au possible et je crois qu'on rit mal de la mesquinerie qui est son principal défaut. Enfin, l'intérêt de ce film c'est de s'interroger sur les ressorts de rire et pourquoi un film qui a fait pleurer de rire ceux qui y ont travaillé dessus laisse de marbre le public.

César :
Alors que Marius et Fanny étaient des pièces de théâtre, César est un film. Ceci est dû au fait que les acteurs, devenus des vedettes de cinéma n'avaient plus le temps de passer au moins 300 représentations sur des planches et que le monter au théatre aurait nécessité de changer de comédiens, ce qui était inenvisageable du point de vue de Marcel Pagnol. Là, tous ont été mobilisés 3 mois et le film a pu avoir sa belle carrière. Dans sa préface, Marcel Pagnol raconte qu'il n'arrivait pas à écrire l'intrigue de César jusqu'au jour où la soeur (94 ans) de la vieille dame qui leur prétait les meubles pour les décors voulut qu'il lui raconte l'histoire en avant-première car elle voulait savoir si Fanny retrouvait Marius et qu'elle avait peur de ne jamais pouvoir voir le film. Effectivement elle est morte une semaine après leur rencontre. Et elle a permis à Marcel Pagnol de sortir de l'impasse car il a pu inventer l'histoire au fur et à mesure qu'il la lui racontait et en évoluant en fonction de ses grimaces. J'ai trouvé cette histoire très touchante. Quand au film lui même, il suffit d'entendre le mot "César" pour voir Raimu. C'est toujours un enchantement. A la lecture, j'ai redécouvert le plaidoyer final de Marius et j'en avais oublié une grande partie. Bref, la trilogie marseillaise restera toujours dans mon coeur.

Regain :
Gédémus, remouleur itinérant, prend sous son aile (mais surtout pour remplacer son chien qui lui tirait la cariole) Irène qu'il appelle Arsule après l'avoir sauvé d'une tournante (sic). Alors qu'ils sont sur les hauteurs du Lubéron, ils semblent poursuivi par un fantôme noir. En fait, c'est une vieille piémontaise, avant-dernière habitante d'un village qui se meurt qui a décidé de trouver une petite femme pour son unique voisin ...
Je me souviens de l'atmosphère du film que du haut de mes 10 ans (ou à peu-près) m'avait paru très inquiétante. Je m'étais alors focalisée sur le sort de Gédémus (et je ne peux pas m'empêcher de songer à mon grand-père qui refaisait très bien Fernandel). Alors qu'en fait, le véritable intérêt de l'histoire c'est la mort et la renaissance du village, tragique et belle à la fois.

Le schpountz :
Là aussi, c'est Fernandel qui hante mes esprits.
L'histoire : une équipe de tournage vient en provence et rencontre un neveu d'épicier certain d'avoir le talent du cinéma. Elle se livre avec lui à son entourloupe favorite en lui faisant signer un contrat mirifique. Mais les schpountz de Marseille sont plus coriaces que les autres et celui-ci monte à Paris...
L'histoire de ce schpountz aurait pu être tragique si elle avait été jouée par quelqu'un d'autre que Fernandel. J'ai trouvé intéressant la critique qu'il fait du monde du cinéma et de ses rouages.

La femme du boulanger :
Marcel Pagnol adapte ici une nouvelle de Jean Gionot. Il travaillait à l'histoire d'un boulanger qui ne veut plus faire de pain et qui est transformé par l'amour lorsqu'il lut la nouvelle de Jean Gionot et qu'il la trouvât bien meilleure que la sienne.
Un village accueille un nouveau boulanger qui leur fait du pain à tomber par terre. Le boulanger met du coeur à l'ouvrage car il est fou amoureux de sa femme et qu'il fait avant tout ses fournées pour elle. Mais quand dès le premier soir, elle part avec un berger de ses clients, il s'enferme et ne veut plus faire de pain. Le village alors s'applique à retrouver l'épouse infidèle pour retrouver son pain quotidien.
Ce film là est symptomatique d'une certaine époque où l'instituteur et le curé représentaient deux pouvoirs concurrents et par ce fait, étaient des notabilités. Là encore, j'imagine Raimu et la lecture du film m'a donné envie de le revoir.

La fille du puisatier :
La fille du puisatier est très belle. En portant le repas de son père, elle rencontre Jacques, fils du propriétaire du bazar de la ville, aviateur. Celui-ci la courtise et la fille du puisatier devient fille mère. Jacques étant parti à la guerre avant d'apprendre sa paternité, le puisatier renie sa fille et l'envoie chez sa soeur pour éviter la honte d'avoir un bâtard dans la famille...
Là encore, le ressort même de l'histoire est lié à une époque révolue. Mais le puisatier (Raimu encore à l'écran) est un gros ours tendre, très émouvant... Et la verve méridionale met toujours beaucoup de sel dans les films de Pagnol.

Naïs :
Naïs est la fille du fermier d'une famille aisée. Belle comme le jour, elle est aussi pure comme un ange et profondément amoureuse de Frédéric le fils des patrons. Mais son père a décidé que Naïs devait rester vieille fille et le servir toujours...
Le gars Frédéric est puant. Toine, le bossu ami de Naïs est touchant et beau. C'est une belle histoire provençale même si le personnage du père est un peu tiré par les cheveux.

La belle meunière :
Ce film là est étonnant. Marcel Pagnol adore écouter Franz Schubert et c'est pour lui rendre hommage en somme qu'il écrit cette histoire qui met en scène le compositeur. La préface là encore est très intéressante notamment lorsqu'il explique sa composition des parties chantées et qu'il en découvre alors toutes les difficultés et les différences entre poésie et chanson. Après l'histoire est sympa. Sauf que comme pour la pièce de théatre Judas, je trouve que Pagnol se marie mal avec des intrigues étrangères tant il est pétri de la culture provençale.

Quatre lettres de mon moulin :
Là encore, il met en scène Alphonse Daudet, comme si Pagnol nous dévoilait les sources d'inspiration de l'auteur nîmois. L'histoire du curé de Cucugnan ne m'a pas trop intéressée mais les autres sont jolies et fleurent bon le pays provençal.

Bref, lire une oeuvre cinématographique n'est sans doute pas la meilleure manière de l'approcher. Mais malgré les critiques que je trouve à faire, j'ai toujours beaucoup d'admiration pour Marcel Pagnol même si pour moi son premier attrait est de si bien décrire et retranscrire la verve provençale. Je vais lire d'autres auteurs puis je lirai le tome 3 consacré à son oeuvre romanesque et enfin, j'aurais une vision globale de cet artiste brillant et complet.
Revenir en haut Aller en bas
Margot
Pimousse cassis
Pimousse cassis
avatar

Nombre de messages : 2309
Localisation : Con Quijote perdida en la Mancha
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Marcel Pagnol   Dim 23 Déc 2007 - 15:12

Pour les amateurs de Pagnol ( je pense à Oj' en particulier) France Inter diffuse du 24 au 27 decembre des interviews de Jacqueline Pagnol Infos sur le site de france inter
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marcel Pagnol   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marcel Pagnol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La balade de Marcel Pagnol
» La promenade de Marcel Pagnol
» la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol adapté par Daniel Auteuil.
» Marius - Marcel Pagnol
» Angèle - Marcel Pagnol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Des Lecteurs :: Forum Livre :: Littérature générale (classification par époques) :: 20ème-
Sauter vers: