AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Extension du domaine de la lutte - Michel Houellebecq

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amelly
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Nombre de messages : 396
Age : 29
Localisation : Dans le néant cosmique du Yagadougou
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Extension du domaine de la lutte - Michel Houellebecq   Jeu 16 Sep 2010 - 11:00

Extension du domaine de la lutte - Michel Houellebecq


4e de couverture :

"Vendredi soir, j'étais invité à une soirée chez un collègue de travail. On était une bonne trentaine, rien que des cadres moyens âgés de 25 à 40 ans. A moment donné, il y a une connasse qui a commencé à se déshabiller. Elle a ôté son T-Shirt, puis son soutien-gorge, puis sa jupe, tout ça en faisant des mines incroyables. Elle a encore tournoyé en petite culotte pendant quelques secondes, et puis elle a commencé à se resaper, ne voyant plus quoi faire d'autre. D'ailleurs c'est une fille qui ne couche avec personne. ce qui souligne bien l'absurdité de son comportement".

Ainsi débute l'odyssée désenchantée d'un informaticien entre deux âges, peu convaincu de l'intérêt de son métier, jouant toutefois son rôle en observant les mouvements humains et les banalités qui s'échangent autours des machines à café.
L'installation d'un logiciel en province lui permettra d'étendre le champs de ses observations, d'anéantir les dernières illusions d'un collègue - obsédé malchanceux - et d'élaborer une théorie complète du libéralisme, qu'il soit économique ou sexuel.

Courte biographie de l'auteur ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Houellebecq ) :

Michel Houellebecq, né Michel Thomas, à la Réunion, le 26 février 1956 (acte de naissance), ou en 1958[1], est un écrivain français.

Ses romans Les Particules élémentaires et Plateforme sont considérés comme précurseurs dans la littérature française[2], notamment pour leur description, au scalpel mais non sans humour, de la misère affective et sexuelle de l'homme occidental dans les années 1990.
L'ambiguïté est souvent une « marque de fabrique » de Houellebecq : décrit-il les idées de ses (anti-)héros, ou les siennes à travers eux ?

Après avoir résidé en Irlande pendant plusieurs années, Michel Houellebecq vit aujourd'hui en Espagne, dans le parc naturel de Cabo de Gata-Níjar.

Bibliographie (même site) :

* H.P. Lovecraft. Contre le monde, contre la vie, éditions du Rocher (1991)
* Rester vivant, méthode, La Différence (1991)
* La Poursuite du bonheur, poèmes, La Différence (1992), lauréat du Prix Tristan Tzara
* Extension du domaine de la lutte, roman, Maurice Nadeau (1994)
* La Peau, poèmes, livre d'artiste avec Sarah Wiame (six cent quatre-vingts exemplaires, mai 1995)
* La Ville, poèmes, livre d'artiste avec Sarah Wiame (vingt-cinq exemplaires, janvier 1996)
* Le Sens du combat, poèmes, Flammarion (1996), lauréat du Prix de Flore
* Rester vivant et La poursuite du bonheur, réédition remaniée en un volume, Flammarion (1997)
* Interventions, recueil d'articles, Flammarion (1998)
* Les Particules élémentaires, roman (prix Novembre) Flammarion (1998)
* Renaissance, poèmes, Flammarion (1999)
* Lanzarote, récit, Flammarion (2000)
* Poésies, poèmes, J'ai lu (2000)
* Plateforme, roman, Flammarion (2001)
* La Possibilité d'une île, roman (prix Interallié), Fayard (2005)
* Ennemis publics, Flammarion Grasset (2008) (correspondance entre Michel Houellebecq et Bernard-Henri Levy)
* Interventions 2, recueil d'articles, Flammarion (2009)
* La Carte et le Territoire, Flammarion (2010)

Mon avis :

Alors je vais faire quelque chose de honteux...je vais vous copier/coller un avis glané sur Internet et que je trouve très juste (ça m'évitera de le répéter en moins bien ^^).

-->Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Extension_du_domaine_de_la_lutte

"Extension du domaine de la lutte est un roman de Michel Houellebecq sorti en 1994. Il raconte l'histoire d'un cadre moyen célibataire qui oscille entre une déprime sur fond d'inhumanité de la société française et un souci de détachement voulu et de passivité — peut-être par réaction, et accompagné d'un certain humour désabusé.

Le héros a trente ans. Cadre moyen, analyste-programmeur dans une société informatique, son salaire net atteint 2,5 fois le SMIC. Malgré ce pouvoir d’achat, il n’attire pas les femmes. Dépourvu de beauté comme de charme, sujet à de fréquents accès dépressifs, il ne correspond guère à ce que les femmes recherchent en priorité sur le marché du sexe ou de la satisfaction narcissique. On ne connaît pas son nom mais, puisque personne ne semble s’en soucier, le lecteur retient simplement que cet informaticien minable se masturbe beaucoup et contribue peu à l’embellissement du monde et des relations humaines.

Joueur disqualifié mais spectateur perspicace de cette partie de faux-semblants qu’est la vie moderne, le narrateur décrit la lutte quotidienne de ses congénères, toujours en quête d’un peu d’amour, de plaisir, d’argent. Cette lutte, étendue à tous les aspects de la vie humaine sous l’influence du modèle libéral, transforme le moindre de nos gestes en un combat épique, au terme duquel notre position dans la société humaine est corrigée, à la hausse ou à la baisse. Même nos lits ne sont plus un refuge. Il faut s’y distinguer. La sexualité est un système de hiérarchie sociale. Résigné, le narrateur se place définitivement en dehors de cette lutte, enfermé dans la nostalgie de l’adolescence, souhaite parfois la mort sans pouvoir s’y résoudre.

Souvent, son entourage fait preuve d’un dynamisme de façade qui tranche avec sa propre neurasthénie. Pourtant, le désenchantement survient toujours, comme s’il était impossible – ou risible - de s’impliquer dans le monde. Le narrateur décrit ainsi le décalage entre la projection existentielle d’un de ses amis et la réalité de sa vie quotidienne, mettant en perspective son idéologie élitiste et la médiocrité d’un célibat sans issue.

Il est difficile de savoir si Houellebecq exprime à travers son personnage des idées qui sont les siennes ou s'il cherche au contraire à en faire une sorte d'anti-héros en lui prêtant des positions intellectuelles insolites ; peut-être y a-t-il des deux.

Le roman expose une proposition intéressante sur l'analyse des relations sociales hommes-femmes sous l'aspect du libéralisme, proche des conceptions d'un sociologue comme Michel Clouscard.

La lutte dont il est question est la lutte des classes, qui serait étendue au domaine sexuel".



Je rajouterai juste pour compléter que si je m'attendais à un livre à la Beigbeder (sex drugs and rock'n roll), il ne s'agit pas de ça ici, même si la 1ère page du roman pouvait le suggérer. Au contraire, rien de passionnant ici puisqu'on décrit la dépression et la lente progression de la folie d'un homme qui n'a plus de but dans la vie. Un de ces romans qui peuvent réellement prétendre retranscrire par le style l'ennui éprouvé par les personnages.

Edit' 18:05 :

J'ai oublié un truc quand même : ce roman ne m'a tout de même pas paru révolutionnaire en soi contrairement à ce qu'a pu en dire la critique, mais c'est peut-être dû au fait que le roman date de 1994 et qu'à l'époque ce type de discours était quelque chose de nouveau. De nos jours ça en devient banal à en pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
 
Extension du domaine de la lutte - Michel Houellebecq
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Des Lecteurs :: Forum Livre :: Littérature générale (classification par époques) :: 20ème-
Sauter vers: